« Mais nous, faut pas oublier qu’on s’est développés dans la pire matrice qui soit, l’animal le plus infecté du monde, un vrai bouillon de culture, la Clémentine. Quand on sort vainqueur de pareille grossesse, on peut tout supporter »… .

Sam, Nini et Néné vivent sur le terrain, livrés à eux même. Ce sont les enfants de la Clémentine une prostituée, pas une pute au grand coeur non celle là, elle n’a pas de coeur.  Sam à peine dix ans, est l’aîné, il est constamment en mode survie, et veille sur les deux plus jeunes. C’est un rat d’égout comme il aime dire. Autour d’eux des adultes inquiétants, violents, des agités du bocal… Les autorités ont abandonné bon nombre de quartiers, régions  et villes, les trois quarts de la population sont atteints de sida, c’est le cas du pauvre Néné qui d’ailleurs ne pète pas la forme.

Et puis quelque chose se trame dans le coin, quelque chose de bizarre, plusieurs gamins ont disparu. Parfois on en aperçoit quelques uns, escortés par ces deux grands machins en impers noirs, les gosses portent au cou des colliers électriques et ils se mettent à fouiner, ils ne ramassent que ce qui est organique, apparemment. Ce qui peut être composté… ou mangé… même si ça donne pas envie. Mais qu’est-ce qu’ils font de tout ça? Qu’est ce qui se trame dans ce hangar ?

Le seul adulte sympa c’est le vieux Popo qui passe son temps à chier et quand il ne chie pas Popo, il façonne les idées des trois gosses, ils les rend plus performants. C’est un brave homme ce vieux Popo…. Mais qu’est-ce qui peut bien y avoir dans ce maudit hangar désaffecté… Et ces choses, ces êtres humains par qui ont-ils été contaminés ? Un extraterrestre? Une espèce inconnue? Le résultat d’expériences? Est-ce contagieux? Sam les aperçoit parfois, simples silhouettes évanescentes, aux contours flous et mal définis. Ils communiquent avec lui,  ils lui font voir ce qu’ eux voient, ils s’insinuent dans sa tête, y laissent des idées, des images et des mots. Ils vivent dans l’entrepôt désaffecté. On les entend pousser des cris étouffés, des râles, indistincts, de peur, de douleur ou de colère… Il pleurent aussi…

Quel bouquin! moi qui n’aime pas du tout les romans de science fiction, du genre apocalyptique, là vraiment, on a du mal à le lâcher Sam, on a peur pour lui et on l’admire aussi, un sacré gamin. Les personnages sont incroyables, les adultes de vraies ordures. Ces trois gosses sont attachants, il y a tellement d’amour entre eux… Ce bouquin est à la fois effrayant, drôle, émouvant, tendre et très rythmé… Vraiment un régal… En lisant la bio de l’auteur, j’ai appris qu’il était né dans le Médoc, qu’il est le fruit, d’un croisement entre une espagnole hystérique -merde comme ma mère, un trait de caractère très fréquent chez la gent féminine ibérique – et un breton hargneux. De cette union contre nature, devait forcément naître un être hybride étrange, instable par nature….Voilà un auteur à suivre…

 

Genre : Science-fiction – auto édition – Iggybook
Sous-genre : Apocalyptique, Post-apocalyptique
Publié : 3 oct. 2015

en savoir plus

Publicités

10 comments on “Sam – Cetro

  1. Ce type de roman n’est pas du tout mon genre, mais à lire ton billet, cet écrivain semble avoir un petit quelque chose…. à lire et à découvrir.

    Aimé par 2 people

  2. Ce n’est pas le genre de livre que je lis non plus, mais vu ton avis je suis intriguée désormais ! =)

    Aimé par 2 people

  3. Voilà qui fait tant plaisir à lire. Merci infiniment, d’avoir pris le temps de me lire, puis de faire cette chronique… et finalement d’apprécier ce texte.
    J’aurais été ouvert à une critique acerbe, mais autant l’avouer, vous vous en doutez, je préfère de loin votre avis dithyrambique. Même si pour le coup, j’en ai le teint quelque peu cramoisi.
    Merciiiiiiiiiiiii, voilà qui me remet un peu de baume au coeur et l’envie d’écrire davantage.

    Aimé par 2 people

    • Cerro continuez de nous régaler… Sam, Popo, la petite Nini, et Néné me manquent déjà… Heureuse que le billet vous plaise… Saludo, y seguir adelante…

      J'aime

  4. Personnellement, je n’avais aucun a priori sur le genre… plutôt inconnu pour moi.
    J’ai tout simplement été Sam, tentant tout pour sauver ses frangins, Nini, admiratrice de son grand frère et en même temps capable de prouver son courage à son tour, Néné, « chambreur » et pudique dans ses sentiments… et même leur mère protectrice et aimante, celle qu’ils n’ont jamais eue.
    Et je me plonge dans « L’Eveil » avec beaucoup d’avidité ! Merci Cetro… continue !

    Aimé par 3 people

    • Oui Ama c’est çà… Beaucoup d’amour entre ces trois là… Il y a de très beaux moments, plein de tendresse, toujours exprimés avec pudeur… L’Eveil, prochain objectif…Belle journée…

      Aimé par 1 personne

  5. Ping : #Tag – L’Improbable Littéraire – Chroniques Aiguës

  6. Je ne connaissais pas, mais suite à ta chronique, il me tente beaucoup !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :