AUTOEDITION Nouvelles

On se passerait bien du temps – Franz Griers

Trente-sept histoires courtes écrites à la première personne où le lecteur est régulièrement pris à partie.

Toi l’auteur qui sans cesse m’interpelle tout au long de ma lecture, je vais te répondre. Tout d’abord, toutes mes condoléances pour la perte de ton amie l’araignée. As-tu trouvé un appartement depuis l’effondrement du dernier ? Sache que tu m’as fait longuement

réfléchir sur un certain nombre de choses, oui et tu m’as fait me souvenir de mes erreurs d’adolescence et j’ai honte aujourd’hui quand j’y pense, d’avoir à maintes reprises cédé ma place à un grabataire dans les transports en commun lorsque j’avais le même âge que cette adolescente débile dans ton bus. Jamais je n’aurais dû… Les hommes gentils, je m’en méfierai à l’avenir car ils peuvent être imprésibles et je dois te confesser que j’ai eu beaucoup de chance jusqu’à présent car je n’ai pas toujours été tendre avec cette espèce. Les photos de profil trop flatteuses sur les réseaux sociaux… Vade retro satana! Méfiance! Méfiance!… En même temps, je ne fréquente pas les mêmes sites que toi donc cela ne peut m’arriver mais je mettrai en garde mon adolescent de fils…Sait-on jamais, il pourrait bien être la prochaine victime…

 

Je vais maintenant te prodiguer quelques conseils. Je te conseille de ne jamais être père car tu ne sais pas parler aux enfants et je constate que la psychologie et toi, ça fait deux, comprends-tu ?…. Autre conseil, attention au vis-à-vis, respecte la copropriété et les copropriétaires, c’est un conseil, tu es indécent! Alors, je vais conseiller aux internautes et lecteurs de lire tes trente sept histoires courtes, avec au programme rires, scènes torrides, conneries en cascade et autres réjouissances… Allez-y, c’est sans danger ! J’oubliais, lors d’un de mes passages à Paris, puisque parisienne je ne suis plus depuis huit ans, je ne manquerai pas d’aller faire un tour sur les quais non loin de la rue d’Alsace… On ne sait jamais, je pourrais t’y croiser… Au fait, ta rencontre à Prague avec Charlotte Gainsbourg c’est du pipeau ?

11 mai 2015 – auto-édition – livre numérique 4,99 euros – Papier 10,00 euros

 

Site de l’auteur

Publicités

0 comments on “On se passerait bien du temps – Franz Griers

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :