Romans

L’Homme à la Carabine – Patrick Pécherot

« Nouveau crime des bandits en auto! Hold-up sanglant à Chantilly ! Demandez l’illustration! »
 André Soudy, c’est le plus jeune de la bande, celui que les flics ont surnommé l’homme à la carabine mais son surnom à lui c’est Bécamelle…Bécamelle, Béchamelle…
« Je suis Bécamelle,
L’homme artichaut.
L’innocent du monde.
Je suis André Soudy.
De guerre lasse. »

418dg633zjl-_sx305_bo1204203200_André, enfant du peuple, crève la faim, gosse turbulent, tuberculeux et syphilitique, insoumis, voleur de sardines, fugueur, garçon ouvrier exploité, syndiqué, incarcéré pour outrage à agent, puis pour vol de vélo. Pas de pot, c’est à l’ombre qu’il devient tubard… ça l’empêchera de courir trop longtemps et oui pas facile quand on a les poumons en compote… Puis, il se mettra à fréquenter les anarchistes et fera la connaissance de Jules Bonnot et des autres membres de la bande, la maison de Romainville « le nid », Garnier, Carouy, Callemin surnommé Raymond la science, Metge et sa môme Barbe, Dieudonné Eugène condamné à quatorze années de bagne bien qu’innocent, Maitrejean Rirette l’amoureuse du grand révolutionnaire Victor Serge Kibaltchitch de son vrai nom, Marie la rouge et bien d’autres…  Tous végétariens,  anti-alcooliques, des naturalistes, prônant l’ordre de la nature contre l’ordre social… André l’anarchiste et bandit tragique est un grand sentimental et ses rêves sont à l’avenant.

 

« Édouard, Octave, Valet, Raymond. Jules même. Qu’est-ce qui les a conduits là, hein ? Ils sont pas venus au monde un flingue en pogne. Je suis pas né homme à la carabine, moi. Le déterminisme, vous lui avez filé un sacré coup de pouce »
 4

André participe aux braquages de Chantilly et Montgeron, dans la voiture, armé d’une carabine, il a l’ordre de tirer sur qui les poursuivra. Il est arrêté le 30 mars 1912 à Berck, condamné à mort le 27 février 1913. Il est le premier à avoir la tête tranchée le 21 avril 1913, à l’âge de 21 ans…

« Le jour blême. La guillotine, impassible, attend la proie promise.
C’est Soudy qui, le premier, descend du fourgon. Il constate :
— Il fait froid.
Pas la moindre bravade. Il va à l’échafaud, avec simplicité. Il crie seulement :
— Au revoir.
On le pousse ; le corps bascule… Du sang. La tête est tombée. »
« Les Bandits tragiques – Victor Méric »
 soudy_1 (1)
Toujours bien documentés les bouquins de Pécherot. Des polars ou histoire et politique se côtoient. On sent qu’il a de l’affection pour son sujet et comment ne pas en avoir quand on connaît le parcours de ce jeune homme du peuple qui épousa les thèses anarchistes et sombra dans le banditisme. J’ai beaucoup entendu parlé dans ma jeunesse de la bande à Bonnot, des anarcho-bandits, de Victor Serge, d’Octobre libertaire (Révolution russe) et cela m’a toujours fascinée…. Mathilde Travers mon mentor et aînée de cinquante ans, m’a initiée à ce genre de lectures… Par contre, elle ne m’a jamais parlé d’André… C’est chose faite aujourd’hui grâce à Pécherot. Et quand on pense qu’André n’a jamais tué personne…L’homme à la carabine, à lire, c’est un conseil. .. Et une bonne année 2016…

Collection Folio Gallimard – 336 pages

Patrick Pécherot est un journaliste, écrivain et scénariste de bande dessinée français né à Courbevoie.

 

Publicités

2 comments on “L’Homme à la Carabine – Patrick Pécherot

  1. Bonne année 2016 à toi aussi!

    Aimé par 1 personne

  2. Je ne connais pas mais cela semble intéressant !
    Belle année 2016 =)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :