Musique

Mort du dernier dinosaure du cante flamenco

Je me devais sur mon blog de rendre hommage à Manuel de Los Santos Pastor « Agujetas », l’un des derniers dinosaures du chant flamenco, certains parlent du dernier mohican flamenco. Le roi gitan du chant flamenco, comme il s’était autoproclamé, s’est éteint le 25 décembre 2015. Il avait 76 ans bien que lui ne connût ni sa date de naissance, ni son lieu de naissance. Jerez ? Rota ? En tout cas, c’était en Andalousie, voilà qui est sûr. De toute façon, on lui a dressé une statue dans chaque ville, c’est ce qui compte… Alors le reste…

 

Nathalie Goux voix35
Dolores Agujetas et moi dans les loges

Agujetas était un homme libre, imprévisible, entier et son chant était pur, imprévisible, sauvage comme lui forcément. Il chantait quand il voulait, s’il ne voulait pas chanter, il ne chantait pas. Je me souviens qu’à l’occasion, d’un festival au théâtre de l’Epée de Bois à Vincennes, en 2010, je chantais, sa fille la Dolores Agujetas digne héritière de son papa, chantait également ce soir-là, nous étions trois artistes, chacune son récital, seule avec son guitariste. Le mari de Dolores accompagnait son épouse, comme toujours et son jeune fils Diego l’accompagnait à la guitare alors après le spectacle, tandis que nous buvions chacun une bière, voire deux, nous discutions et nous lui avons demandé des nouvelles du patriarche et là l’époux de Dolores nous dit que Manuel avait fait un concert il y a peu, qu’il avait chanté juste une chanson, une seule et estimant qu’il avait ce soir-là chanté comme jamais, il avait quitté la scène… Le public en avait pour son compte et son argent. Fin du concert, tout le monde à la maison, Agujetas rentre chez lui. Flamenco attitude! Olé!

 

Agujetas savait dire le chant, il chantait sans fioritudes, ni technique, droit devant, d’une façon vraie, flamenco et gitan de la tête aux pieds. Il disait le chant, il racontait. Cela se perd aujourd’hui ou seules les prouesses techniques des chanteuses et chanteurs sont mises en avant… Dire le chant, raconter une histoire… Pas d’école de chant pour lui, une transmission orale, son père chantait alors forcément, on apprend sans s’en rendre compte. Agujetas, on l’aimait ou on ne l’aimait pas. C’était un chanteur court ce qui signifie qu’il’avait ses chants de prédilection… Peu importe souvent  les chanteurs courts sont meilleurs que les longs. Alors…

Descanse en paz, Agujetas, maestro de la queja eterna!

 

Publicités

4 comments on “Mort du dernier dinosaure du cante flamenco

  1. Isidoro Fernandez

    C’est Rota province de Cádiz et non Ronda province de Málaga, et il était un chanteur qui ha registre tout les estiles de flamenco même si il avait prédilection pour les martinetes, seguirilla, soleá,fandangos. Le numéro 1. Et curiosamente sa mère elle n’était gitane.

    Aimé par 1 personne

    • He puesto Ronda sin darme cuenta jo…Isidoro…El padre gitano, pues gitano. Se que ha grabado todos los estilos pero bueno algunos mejor… Saludo flamenco Isidoro y feliz ano nuevo

      J'aime

  2. Je ne connais pas du tout, mais j’aime ton article et ton ressentis sur sa musique… =)

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :