AUTOEDITION Polars

Je vais vous tuer Nicolas Klein

« Ne suis-je pas l’homme doué du pouvoir de provoquer les catastrophes ? » La Grande Menace, film de Jack Gold…

L’histoire : une série de meurtres, un meurtrier fan de Nietzsche et de Bizet… Et puis dans le métro, un attentat, des morts et une poignée de survivants parmi lesquels un accordéoniste inquiétant… Le capitaine Vincent Maingre mène l’enquête.

51355bigDes idées et une bonne intrigue. Un clin d’œil au  Ainsi parlait Zarathoustra œuvre majeure du philosophe et livre de chevet du tueur en série. Zarathoustra et son « Ce qui ne te tue pas te rend plus fort ». Une évocation de l’histoire d’amour compliquée et impossible du philosophe avec Lou Andreas Salomé,romancière, essayiste, psychanalyste … De la musique et une arme du meurtre surprenante et musicale que je tairai, Bizet et sa Carmen (que je déteste pour sa vision kitsch, touristique, celle de ces auteurs voyageur du XIXème… mais c’est un autre sujet), du Wagner (que le tueur déteste), de la chanson réaliste aussi dont la sérénade du pavé que chanta Piaf et bien avant elle, la fameuse chanteuse de rue, celle qui créa le style des pierreuses, Eugénie Buffet que j’affectionne… Et puis de l’accordéon…

« Dieu que la vie est cruelle
Au musicien des ruelles
Son copain, son compagnon
C’est l’accordéon
Qui s’est-y qui l’aide à vivre
À s’asseoir quand il s’enivre
C’est-y vous, c’est moi, mais non
C’est l’accordéon »… Serge Gainsbourg

Des lieux glauques dont le métro, le squat où croupit le frère de Julie. Puis des lieux insolites au style rococo, dont le célèbre Café Carmen, lieu que je connais bien pour y avoir souvent chanté pas de la chanson réaliste mais du flamenco. Le lieu s’y prête bien et puis c’est là que Bizet composa son Carmen.

Nicolas Klein évoque aussi le racisme, l’adoption, et le bystander effect, l’effet spectateur au cœur de l’énigme… Bref pour conclure, c’est un bon polar avec de nombreux personnages principaux, qui n’ont pas eu la vie facile… J’ai beaucoup aimé, je l’ai lu d’une traite même si je me suis perdue parfois entre les deux histoires cherchant un lien mais le problème a été résolu à la fin. Et alors cette chute, ce clin d’œil cinématographique à « la Grande Menace » de Jack Gold avec Ventura et Burton, et le personnage central, Morlar et son activité cérébrale débordante et meurtrière. Bien vu !

Lecture sur monbestseller.com

Lecture sur atramenta.net

Publicités

6 comments on “Je vais vous tuer Nicolas Klein

  1. Un tueur fan de Nietzsche et Bizet, c’est quelque chose…

    Aimé par 1 personne

  2. Merci beaucoup Cat pour cette merveilleuse chronique et de m’avoir fait découvrir le bystander effect.
    Sinon, Nietzche adorait Wagner au départ, puis l’a conspué en le comparant à Bizet.

    Aimé par 1 personne

  3. Ah l’homme et le surhomme…

    Aimé par 1 personne

    • « Le surhomme est le sens de la terre. Que votre volonté dise : que le surhomme soit le sens de la terre.  » Amen!

      Aimé par 1 personne

    • Il s agit là plus de l homme ( l existentialisme) que du surhomme ( celui qui doute, se remet en question pour Nietzsche, principe qui sera honteusement déformé par sa sœur pour le nazisme)
      Bon, c est pas un traité de philosophie non plus, c est bien un thriller

      Aimé par 1 personne

  4. Ahhh la soeur cadette…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :