Romans

Les journées doréfiées de Nathalie François Baillon

Nathalie, dix ans, est inquiète, car les jours de la semaine s’éloignent d’elle et ne veulent plus communiquer. Il reste bien le mardi… Ca tombe bien, c’est son préféré. Monsieur Mardi ne mange pas de nourriture. Il se nourrit de mots… des mots de Nathalie. Mais est-ce permis d’avoir ce genre d’amis imaginaires ? Pour la maman de Nathalie, les propos de sa fille sont insipides. Il faut agir et prendre rendez-vous avec le psycho-détective. C’est un

drôle de zig celui-ci qui croit que les gens doivent régler eux-mêmes leurs problèmes. Alors, la salle d’attente est souvent vide… Il ne court pas après le client, c’est le moins qu’on puisse dire. Dans la ville où vit Nathalie, il y a Solange, la maîtresse qui ne veut plus aimer et qui veut sauver les fleurs tapissées d’un des murs de l’école menacé d’être changé. Alors, il faut sauver les fleurs. Solange est bizarre et ses rires plutôt inquiétants depuis quelque temps. Il y a aussi Vivian, qui, quand la nuit tombe voit sortir de sa tête une paire de méduses fluorescentes. Il est médusé et se demande si son imagination lui joue des tours. Ces trois-là ont une vision commune des choses… C’est étrange…

Voilà un roman, très bien écrit, poétique à souhait, avec des personnages, des lieux et des situations surréalistes. Le propos de l’auteur le voici :

« Ce livre est d’abord un livre d’impressions et de sensations, avec pour volonté de retrouver certaines de ces sensations. Au milieu, s’y mêlent nombre de divertissements et d’amusements, que le lecteur ne se prive de rien ».

Le passage à l’âge adulte, passer de l’autre côté, celui de ceux qui n’ont plus d’amis invisibles, le monde de ceux qui ne ressentent plus les jours et les choses de la façon dont on les sent quand on est un enfant. Quel monde austère et ennuyeux!

J’ai beaucoup pensé à moi enfant en lisant ce livre et je me suis rendue compte que Nathalie et moi sentions les mêmes choses. Je sentais les jours de la semaine, chacun était différent. Parfois, ils me rendaient joyeuse, heureuse, ils sentaient bon et ils étaient beau et clairs et puis parfois, je les détestais parce qu’ils me rendaient triste, le dimanche après 14H en particulier.

Joli roman pour un premier. Il m’a rendue nostalgique, mais il m’a aussi permis de fouiller dans ma tête et de retrouver mes amis imaginaires, mon chien imaginaire que je traînais au bout d’un fil de laine bien réel lui. Je me suis aussi souvenue que je parlais aux animaux et qu’ils me répondaient. Et puis je me souviens des lieux, mes lieux de prédilection, qui selon mon humeur, se transformaient en château, en maison hantée, en avion, en train, en théâtre, en baleine, en bateau et moi, j’étais la reine de ces lieux et j’avais des pouvoirs EXTRAORDINAIRES! Oui j’étais un être extraordinaire, à l’imagination débordante. Que je m’amusais bien alors!

Quel beau film d’animation, ce roman ferait François Baillon!

Vous qui me lirez, vous voulez retrouver les sensations de l’enfance ? Alors lisez les journées doréfiées de Nathalie, c’est sans danger… J’allais oublier, merci à l’auteur et aux éditions de l’Onde de m’avoir envoyé ce charmant premier roman…
158 pages – 16 euros – éditions de l’Onde

Publicités

3 comments on “Les journées doréfiées de Nathalie François Baillon

  1. À la nostalgie quand elle nous prend… Très sympa ta chronique, très drôle…

    Aimé par 1 personne

  2. J’aime beaucoup ton billet sur ce roman (que je note au passage), je comprends tout à fait ce que tu dis sur les jours de la semaine, bon le blues du dimanche soir est un peu inévitable!
    Si toi tu avais un chien imaginaire, moi c’était un cheval!! 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :