Nouvelles

« Illusions et confusion, mères de la déconvenue » de Donnet SISA NZENZO

 

Sous Léopold c’était le Congo belge, sous Mobutu ce fut le Zaïre, et depuis, sous les Kabila, c’est le Congo Kinshasa, pour le distinguer du Congo Brazza voisin. Autant d’identités pour nommer un pays, immense, d’une nature vertigineuse, cela signifie qu’il se cherche encore ; qu’il se cherche douloureusement… Cette nouvelle de Donnet Sisa Nzenzo nous apporte sur sa nation tourmentée un témoignage éclatant de chaleur, accablant de soleil et… de sang. L’Afrique, oui, mais avec la voix d’un jeune auteur africain. Pas de transposition ni d’interprétation ici !

Après le long et douloureux épisode de la colonisation du Congo, à l’indépendance proclamée en 1960, succéderont dictatures et guerillas. Une situation qui fait que les hommes fuient ailleurs pour mieux, ils deviennent des voyageurs contraints malgré eux… Dans cette énorme et terrible confusion qui dure depuis un bon moment, il y a des médecins qui soignent avec des bouts de ficelle, une Croix Rouge qui ne fait qu’observer sans jamais intervenir, des rebelles qui terrorisent, une armée qui terrorise… et il y a toujours des hommes avec des idéaux qui organisent des marches pacifistes pour protester, au risque d’y laisser leur peau. Prévient est l’un d’eux, au grand désespoir de sa jeune épouse enceinte Judith. Il sera à la tête du cortège…Pas pour longtemps… La triste réalité du Congo nous est contée avec des mots justes par ce jeune auteur que j’ai déjà eu le plaisir de chroniquer.

Malheureusement, les voyageurs contraints font la une tous les jours, ils viennent de Syrie en guerre, d’Erythrée et son régime totalitaire, d’Afghanistan où la guerre civile dure et dure encore, du Kosovo où sévit la corruption et la misère… et d’ailleurs.

La nouvelle de Donnet, ne nous laisse pas indifférent. C’est un conteur et son écriture est juste, efficace et sans fioritures. Elle nous parle. Terrible chute, qui nous laisse comme un goût amer dans la bouche, comme un air de déjà vu, d’éternel recommencement. Terrible ! À souligner une introduction très intéressante de Jean-Paul Makengo ancien adjoint au Mairie de Toulouse qui s’interroge sur la notion de voyage et de voyageurs, de déplacements dans l’histoire, sur la mondialisation, sur les réseaux et les flux de populations.

« Illusions et confusion, mères de la déconvenue » de Donnet Sisa Nzenzo, une nouvelle à lire ! Et merci à l’auteur de m’avoir fait confiance et de m’avoir envoyé sa nouvelle.

Éditions : Hypallage Editions
Nombre de pages : 47 – Date de parution : juin 2016

 

 

Publicités

6 comments on “« Illusions et confusion, mères de la déconvenue » de Donnet SISA NZENZO

  1. Merci pour ce partage… Une nouvelle qui semble porter un regard juste sur cette Afrique qui m’apparaît si mystérieuse et si dure…

    Aimé par 1 personne

  2. Excellent! Votre présentation de cette nouvelle fait qu’on note le nom de l’auteur et de son texte pour les découvrir le plus tôt possible.

    Aimé par 1 personne

  3. Je me souviens oui de ta première chronique sur Donnet Sisa Nzenzo et son roman autobiographique. Un auteur à suivre alors ! Merci pour ce partage

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :