Romans

L’Orangeraie – Larry Tremblay

– Avez-vous maintenant réalisé ce que vous avez accompli ? Vous avez trouvé un chemin pour vous rendre jusqu’à cette drôle de ville. Vous êtes les seuls à l’avoir fait. Tous ceux qui ont tenté de le faire ont été déchiquetés par les mines. Dans quelques jours, l’un d’entre vous retournera là-bas. Toi Aziz, ou toi Amed. Votre père décidera. Et celui qui aura été choisi portera une ceinture d’explosifs. Il descendra jusqu’à cette drôle de ville et la fera disparaître à jamais.
Soulayed, avant de les quitter, leur a encore dit.
-Dieu vous a choisis. Dieu vous a bénis ».

Aziz et Ahmed ont neuf ans, ils sont jumeaux. Et comme vous venez de le lire, d’ici quelques jours, l’un des deux se fera exploser et deviendra un martyr. Le choix incombe au père et pourtant, il en sera autrement…
Ce petit roman est une sorte de fable merveilleusement bien écrit sur l’enfant et la guerre et la notion du sacrifice des kamikazes, une thématique bien actuelle. Une plume poétique et complexe, pour décrire les lieux, les odeurs, les horreurs causées par la folie des hommes, la haine, l’amour fraternel, la fin de l’innocence, le sacrifice, la culpabilité, la mort, le drame et l’absurdité de la guerre qui s’installe, plombant l’harmonie des lieux et des êtres. L’auteur ne nous indique pas le pays où se joue le drame, mais nous savons qu’il s’agit du Moyen Orient où de telles tragédies se sont déroulées, se déroulent et se dérouleront encore dans les années à venir. Dans l’écriture le calme, l’acceptation, la résignation, pas de pathos, pas d’images trash. J’ai beaucoup aimé cette fin et le clin d’oeil du dramaturge Larry Tremblay et oui car il écrit aussi et surtout pour le théâtre… Merveilleux et poignant monologue.

Larry Tremblay s’est vu décerné pour L’Orangeraie le prix des libraires québécois. A lire, c’est sans danger et je crois même que c’est mon coup de coeur de l’année. Les enseignants français devraient faire lire ce bouquin à leurs élèves. Par les temps qui courent, c’est une lecture intéressante. Et pour finir, merci encore a Madame lit qui m’a incité à lire le 12 août un livre québécois.

Publicités

11 comments on “L’Orangeraie – Larry Tremblay

  1. Tu l’ as déjà lu ?! On voit que c’est un livre qui t’ a emportée. J’ aimerais beaucoup le lire également. Merci pour ton billet, très convaincant.

    Aimé par 2 people

  2. Un magnifique billet Cat. J’ai une collègue, professeure de français qui a déjà fait lire ce roman dans un cours… Il y a également une adaptation de ce roman pour le théâtre. La pièce a été à l’affiche à Montréal l’hiver dernier. Je suis contente que tu aies aimé ce récit…

    Aimé par 2 people

  3. Oui, ton billet est aussi très poétique et très convaincant d’ailleurs

    Aimé par 1 personne

  4. En effet une lecture qui doit être très intéressante pour aborder ce sujet…

    Aimé par 1 personne

  5. Je note ce roman, j’en lis beaucoup de bien sur de nombreux blogs 😉

    Aimé par 1 personne

  6. J’ai « adoré » (si on peut vraiment dire ça) ce livre. Il est tellement bien écrit, et voir tout ça sous un autre point de vue, ça m’a vraiment remuée. Je l’ai trouvé poétique et terrible à la fois.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :