AUTOEDITION Horreur Thriller

« Néant » Mickaël Parisi

« Elle semblait enjouée à l’idée de goûter son verre, et j’enviais ce genre de personnes qui avaient l’extraordinaire don de s’accommoder du néant, de vivre pleinement une vie dénuée de sens ».

Marlon, est un homme jeune célibataire, qui a un boulot honorable, il n’est pas à la rue, ni dans le besoin, et pourtant, il ne supporte plus le néant. La société, ne lui convient pas, il la vomit, il ne supporte plus l’égoïsme, l’égocentrisme et la stupidité des citoyens toutes classes sociales confondues. Bref, plutôt que de tout plaquer et partir en Ardèche élever des chèvres et vendre du fromage, le type décide de se suicider mais manque de pot, il n’est pas courageux. Il va faire appel à une organisation secrète le gang des zombies, une organisation qui rend des services aux élites, à savoir meutres et tortures en tout genre. Ils vont donc camoufler la mort de Marlon qui devra leur rendre quelques menus services en échange. Et oui, on n’a rien sans rien… 

 

neant-mickaelparisi

J’ai été contactée par l’auteur pour être chroniqué. Ce qui m’a interpellé, c’est qu’il disait l’avoir écrit au lendemain des attentats du 13 novembre. Je m’attendais donc à une histoire en rapport avec les joyeux drilles qui nous pourrissent la vie en France et ailleurs depuis quelques années déjà. Eux aussi comme Marlon rejettent notre société.

Alors, j’ai mis du temps à lire, j’y allais, je m’arrêtais, j’y retournais etc… Tout d’abord, ce personnage à qui rien ne manque, m’horripile, ses revendications continuelles, sa négativité, m’est insupportable et puis c’est un lâche ce Marlone et je n’aime pas les lâches… Un trop plein de choses dans le Néant de Mickaël : trop de cul, trop de violence, de viols, de meurtres, de scènes de tortures, tout cela m’a donné la gerbe, le langage est cru mais bon, cela ne m’a pas gênée car c’est un style que j’aime moi même pratiquer. La violence oui mais aussi de l’humour par moment, un peu trash l’humour, certes, mais humour quand même. Je pense que certains apprécieront.

Je m’accroche à la lecture et puis, je prends, un peu de recul et je me dis, il n’a pas tout à fait tord le Mikaël, le portrait qu’il fait de notre société est affligeant. L’image, toujours l’image, omniprésente, le fric gagné vite fait bien fait et peu importe sa nature, on s’en tape un peu. Quelle dégénérescence ! La perdition dirait ma gand-mère. Alors oui, il est peut-être légitime pour certains, de péter un câble, de vouloir changer, disparaître, devenir quelqu’un d’autre ailleurs, voir même incognito, de rejoindre une organisation qui vend du vent et là , on ne peut que faire le parallèle avec Daech et ceux qui tuent au nom d’un dieu auquel je ne crois pas. 

J’ai donc aimé moyennement mais il plaira à certaines ou certains comme en témoignent les diverses critiques que j’ai pu lire sur le net.

 

 

Publicités

11 comments on “« Néant » Mickaël Parisi

  1. Je pense que je ne comprends, Enfin même je comprends tout à fait ce que tu dis avoir ressenti… Merci pour ce retour.

    Aimé par 1 personne

  2. Strange,
    Je préfère l’Ardèche qu’un gang de Zombies …. Chacun ses goûts

    Aimé par 1 personne

  3. Ping : “Néant” Mickaël Parisi — Chroniques Aiguës | Le Bien-Etre au bout des Doigts

  4. Il m’avait proposé aussi de lire son roman, mais finalement je en ai jamais eu l’occasion. Avec tous les retours que j’ai pu lire, bons ou mauvais, mitigés, j’ai fini par me dire que ce n’est pas plus mal : ca rejoint ma première impression, à savoir que je n’aurais pas dû tout aimer le lire.

    Aimé par 1 personne

  5. Merci Cat! Pas facile ce siècle… je comprends ton émotion…

    Aimé par 1 personne

  6. Euh…ça va pas être pour moi.
    Je préfère aussi l’Ardèche 🙂

    Aimé par 1 personne

  7. J’ai lu ce livre avec beaucoup de plaisir, j’ai été surprise de voir une chronique sur ce livre que je pensais être la seule à connaître. Et je suis également surprise des commentaires idiots sur l’Ardèche, c’est un excellent livre qui s’attaque justement aux faibles d’esprit comme vous qui adorent aller dans des coins nuls comme l’Ardèche. Il faut savoir lire entre les lignes.
    Bonne continuation pour cet excellent blog toutefois.

    Aimé par 1 personne

    • L’Ardèche, vient de moi. Moi c’est un choix que j’aurais pu faire pour fuir une société qui me donne la gerbe. Aucun mal de mon côté, ni méchanceté, cela s’appelle, une petite parenthèse. En même temps, je ne connais pas l’Ardèche. Je vous demande à vous aussi, de lire entre les lignes et d’avoir un peu d’humour, cela fait du bien. Ce n’est qu’un roman et chacun ses idées. Rassurez-vous jeune femme, je ne suis pas une faible d’esprit, on me trouve plutôt ouverte et pas trop conne en général. Je pense aussi être en droit de dire et faire les critiques que je souhaite. J’ai pris le temps de lire ce bouquin, et je l’ai chroniqué, j’aurais pu ne pas le faire.
      Donc votre message est déplacé mais je le laisse. Bonne journée chère Sabrina…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :