Romans

« Le rapport de Brodeck » Philippe Claudel

« Moi, j’ai choisi de vivre, et ma punition, c’est ma vie. C’est comme cela que je vois les choses. Ma punition, ce sont toutes les souffrances que j’ai endurées ensuite. C’est chien Brodeck. C’est le silence d’Emélia, que parfois j’interprète comme le plus grand des reproches. Ce sont les cauchemars toutes les nuits. Et c’est surtout cette sensation perpétuelle d’habiter un corps que j’ai volé jadis grâce à quelques gouttes d’eau ».

Des hommes du village viennent de tuer l’Anderer (l’autre), cet étranger venu d’ailleurs, celui qui furetait et qui notait tout dans son petit carnet noir. Que cherchait-il dans ce village perdu ?  Alors, les hommes les plus influents du village ont tué l’homme. Le meurtre commis, c’est Brodeck fonctionnaire établissant des notices sur la faune et la flore qu’on charge de rédiger un rapport pour les autorités et ce rapport doit discréditer les assassins, discréditer le village. Brodeck ne fait pas partie de la meute. Il sent la menace peser sur lui et sa famille. Ils attendent le rapport… Brodeck y va à reculons dans la rédaction de ce maudit rapport mais il écrit un autre texte dans lequel, il se livre enfin évoquant la déportation, les humiliations, les violences, la mort, il parle de l’Anderer, des gens du village, de leurs bizarreries. Il évoque son retour à la maison, son épouse qui ne semble pas le reconnaître, elle ne voit personne d’ailleurs et fredonnait sans cesse une chanson, toujours la même celle des jours heureux. Il parle aussi de sa petite, née pendant son absence.

 

Le rapport de Brodeck de Philippe Claudel est tout simplement sublime et tellement humain. Il décrit avec justesse l’humain dans ce qu’il a de plus beau et de plus laid. La guerre bouleverse les vies, elle ravage et révèle les hommes, les transforme en héros, en traites, en collaborateurs, en masse silencieuse, en assassins parfois. Collaborer pour la paix, c’est le choix qu’on fait les notables du village, puis l’oubli s’est imposé pour la tranquillité du village… Pour survivre Brodeck a tout accepté même l’inacceptable mais il a survécu et doit faire avec tout ça. Mais comment vivre avec ça ? Il remue le livre de Claudel. De quel côté aurions-nous été  en temps de guerre, face à l’envahisseur ? Qu’aurions-nous fait prisonnier en enfer ? Quel est le prix à payer pour survivre ? Comment retourner vivre parmi ceux qui vous ont dénoncé et ont laissé commettre des atrocités? Moi je suis incapable de répondre à ces questions.

 

Le rapport de Brodeck de Philippe Claudel est un roman qui se lit d’une traite, qui bouleverse, qui prend aux tripes. A lire impérativement! On lui a décerné le prix Goncourt des Lycéens 2007 et celui des lecteurs du Livre de poche 2009.

Publicités

15 comments on “« Le rapport de Brodeck » Philippe Claudel

  1. Tu sais que le bouquin a été adapté en BD 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Merci Cat! C’est noté. Je n’avais pas entendu parler de ce bouquin. Bonne fin de journée!

    Aimé par 1 personne

  3. Merci Cat, je note…

    Aimé par 1 personne

  4. Textualités

    Je n’ai pas encore lu Le Rapport de Brodeck de Philippe Claudel (c’est prévu depuis longtemps), mais j’ai adoré l’adaptation en roman graphique de Manu Larcenet, parue dernièrement en deux tomes de toute beauté, sombres, bouleversants et qui prend également aux tripes (si tu aimes la BD, n’hésite pas à y jeter un œil, c’est brillant !). Merci pour ton article qui me motive bien à enfin me lancer dans cette version romanesque originelle.

    Aimé par 1 personne

  5. J’ai le roman dans la bibliothèque depuis des années – Ta chronique me donne envie de m’y plonger , je n’avais lu que les premières pages 😦

    J'aime

  6. C’est une lecture qui m’avait glacée, très noir, j’avais beaucoup aimé. Ravie que cela t’ait plu !

    Aimé par 1 personne

  7. Un très beau livre sur la cruauté des hommes entre eux. J’adore Philippe Claudel ces livres sont toujours très émouvants et touchant

    Aimé par 1 personne

  8. Ping : “Le rapport de Brodeck” Philippe Claudel — Chroniques Aiguës | Le Bien-Etre au bout des Doigts

  9. J’aime beaucoup l’atmosphère des livres de Philippe Claudel, à la fois dure et très humaine … Je lirai certainement celui-là !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :