Cinéma

« Carnets de Voyage » un film de Walter Salles. Le jeune Ernesto Guevara (el Che) part à la rencontre de son destin.

« Mais notre errance à travers notre Amérique m’a transformé plus que je ne le croyais. Je ne suis plus moi. En tout cas, je ne suis plus le même qu’avant »

Carnets de voyage adapté du journal du futur Che, Diarios de motocicleta,  est un film autobiographique sur le voyage d’Ernesto Guevara « el Che » et de son ami Alberto Granado. Un film réalisé par Walter Salles, Oscar 2005, meilleure musique originale et 27 autres prix décernés. Dans les deux rôles principaux, Gael García Bernal, acteur mexicain et Rodrigo de la Serna, acteur argentin. Excellents!

Afficher l'image d'origine

1952. Désireux de voyager à travers le continent sud-américain avant de s’engager dans la vie active, le jeune Ernesto 23 ans, étudiant en médecine, part, en compagnie de son ami Alberto Granado, biochimiste et de « la Poderosa » (la Puissante), sa vieille mobylette qui les lâchera très rapidement. C’est la première fois que le jeune Ernesto quitte l’Argentine. En neuf mois, ils vont traverser l’Argentine, le Chili, le Pérou, la Colombie et atteindre Caracas.

« Ma chère Vieille (Il s’adresse à sa maman)
Que perd-on en traversant une frontière ?
Chaque moment semble divisé en deux :
mélancolie, à cause de ce qu’on laisse
derrière soi et l’autre côté,
la joie d’explorer des terres nouvelles »

 

Afficher l'image d'origine

Les deux amis vont traverser l’Amérique du Sud. Un voyage initiatique, pour le jeune étudiant en médecine qui sera marqué à tout jamais par les rencontres qu’il noue avec les gens et les malades qu’il soigne en route. Il prend alors conscience de la vie des paysans indiens, leur misère, leurs dures conditions de vie, l’expropriation dont ils sont victimes,  la répression de la police et des milices, le manque de soins médicaux mais aussi de l’autre côté, l’abondance des riches propriétaires terriens et l’impérialisme américain très présent. Voilà la triste réalité sociale et économique des pays d’Amérique latine à laquelle est confrontée ce fils de bourgeois argentin.

 

(Ernesto découvre le Machu Picchu,  ancienne cité inca)

« Les Incas étaient experts en astronomie, en médecine, en mathématiques et autres domaines. Mais les envahisseurs espagnols avaient la poudre (…) Que serait à présent l’Amérique s’il en avait été autrement ? (…) Comment puis-je ressentir de la nostalgie pour un monde que je n’ai pas connu ?

 

Afficher l'image d'origine

Ernesto Guevara est un homme bon, franc, direct, doux et les gens qu’ils croisent le constatent immédiatement. C’est à Caracas que se termine le voyage et le film. Pour ce qui est de la suite, il abandonnera son pays natal, une carrière et une vie confortable et s’engagera dans la lutte révolutionnaire contre le système capitaliste et colonial. Son destin est ailleurs qu’en Argentine et le mythe est en marche.

Un film superbe, humain, un magnifique road movie, les paysages sont à couper le souffle, deux comédiens extraordinaires, je le répète et le plaisir de voir le film en version originale. Carnets de Voyage, un hommage au continent sud-américain.

Publicités

6 comments on “« Carnets de Voyage » un film de Walter Salles. Le jeune Ernesto Guevara (el Che) part à la rencontre de son destin.

  1. Merci pour cette très belle critique…

    J'aime

  2. Cela donne envie de le découvrir !

    Aimé par 1 personne

  3. J’ai adoré ce film… Belle critique Cat!

    Aimé par 1 personne

  4. L’un de mes films préférés, j’ai dû le voir dix fois ! 😊

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :