Jeunesse, ados Romans Romans historiques

« Max » de Sarah Cohen-Scali

« De toute façon, je ne peux pas vous raconter en détail l’histoire de chacune des Frauen ici présentes. Ce serait bien trop long. Elles viennent toutes d’horizons si différents. Leur nombre ne cesse d’augmenter. Bientôt, quand la guerre aura commencé, des Françaises, des Belges, des Néerlandaises, rejoindront nos Frauen allemandes. Elles afflueront de partout! Toutes seront fécondées par des S.S! Une semence aryenne. un réceptacle diversifié mais trié sur le volet et, au final, un produit unique.
Nous.
L’armée des enfants blonds aux yeux bleus.
L’armée du futur ».

lebensborn-nazi-centres-une

Voilà un roman extraordinaire, très bien documenté où l’auteur s’est appuyée en grande partie sur « Au nom de la race » de Marc Hillel. Cet ouvrage, c’est à l’âge de 13 ans que je suis tombée dessus. Mon père, passionné d’histoire, l’avait dans sa bibliothèque. J’étais intriguée par la couverture sur laquelle on pouvait voir une jeune fille à qui l’on mesurait le crâne. Elle était très blonde, d’une blondeur angélique, moi j’étais bien brune très différente et nous avions semble-t-il, le même âge. Lorsque j’ai ouvert le livre, j’ai regardé les images d’archives et j’ai très vite compris qu’il s’agissait d’un programme d’élevage S.S, un élevage d’enfants parfaits tous de « sang pur » comme le pauvre Konrad. Je ne vous cache pas que cette lecture m’avait fait une forte impression à l’époque. Il m’avait bouleversée et fortement inquiétée.

« Je suis l’enfant du futur. L’enfant conçu sans amour. Sans Dieu. Sans loi. Sans rien d’autre que la force et la rage.
Heil Hitler! »

« Je suis l’enfant-échantillon-type-de-de-race-aryenne! Le spécimen le plus parfait conçu selon les voeux du Reichsführer, Himmler! Le protégé du docteur Ebner! La mascotte du Lebensborn! Sieg Heil!!! »

 

Afficher l'image d'origine

 

Quelle façon originale d’évoquer le « Lebensborn », ce programme initié par ce fou d’Himmler. Remarquable! C’est à la fin du livre, que l’on comprend que ce jeune garçon de neuf ans et demi témoigne comme il l’avait promis à son ami Lukas. Et avec son imagination débordante et son intelligence redoutable, Konrad que sa génitrice appelait Max, raconte son histoire au tout commencement alors qu’il est un foetus dans le ventre de cette jeune reproductrice ayrienne. Premier né de cette expérience, Konrad voit le jour avec impatience, le 20 avril 1936, jour d’anniversaire du Führer et répond à tous les critères sans exception. Sélection réussie!

Son langage est cru, violent, provocateur, cash, sans concession, sans pudeur aucune et combien drôle parfois. La portée de ses propos est redoutable car c’est un enfant qui s’exprime, lui le meilleur prototype du genre. Konrad connaît bien la machinerie, il évoque la dure sélection des bébés, les ratés, les sacrifiés, l’accouplement forcé, la vie dans le Heim, puis le vol des enfants polonais. Rien ne nous est épargné.

Puis il grandit et échappe à l’adoption et devient la mascotte de l’établissement, l’enfant surdoué, l’exemple à suivre. On lui confie bientôt sa première mission « l’opération copains » c’est lui qui l’a ainsi baptisée. En Pologne, il est chargé, avec une prisonnière polonaise terrifiée qui lui sert de fausse mère, d’approcher les femmes et leurs enfants blonds aux yeux bleus et de les signaler. Ils seront volés et ceux qui passeront les tests brillamment viendront grossir les rangs de cette future armée de soldats ou de reproductrices. Puis Konrad intègre une école militaire de futures élites à Kakisch, dans le but de servir d’exemple aux enfants polonais. Il se lie d’amitié avec l’un d’entre eux, Lukas, un garçon évalué produit de très grande qualité. Personne ne sait qu’il est juif à l’exception de Konrad qui jamais ne dira mot. Cette rencontre va s’avérer capitale pour le jeune garçon qui voit en Lukas son alter ego, le frère qu’il n’a jamais eu. En effet Lukas et Konrad se ressemblent tellement. Le jeune polonais sera aussi son futur désaryanisateur.

 

Afficher l'image d'origineL’auteur évoque aussi un sujet douloureux et méconnu de l’Allemagne vaincue : le cauchemar russe où il est question des viols et d’actes criminels sadiques massifs commis par les soldats russes. A voir aussi si vous en avez l’occasion, un film magnifique « Anonyma – une femme à Berlin » de Max Färberböck

J’ai refermé le livre et laissé le jeune Konrad entre les mains des américains. Je me suis attaché à lui, je ne vous le cache pas. « Max » de Sarah Cohen-Scali, un roman à lire, une excellente plume, une leçon d’histoire, à faire lire en troisième au collège.

Publicités

12 comments on “« Max » de Sarah Cohen-Scali

  1. Les allemands, les roumains, les anglais… Ils ont tous un problème avec les enfants.

    Aimé par 1 personne

  2. Wow, une lecture-choc…terrifiants ces épisodes de l’histoire nazie, cela semble toujours irréel tant c’était monstrueux. Une lecture que je note pour ma fille quand elle aura l’âge, elle doit savoir

    Aimé par 1 personne

  3. Encore un avis positif sur ce livre… Il faut décidément que je le lise ! Merci de ton avis ^^

    Aimé par 1 personne

  4. Il est dans ma PAL depuis longtemps et j’ai acheté dans la foulée un livre sur les Lebensborn (pas sûre de l’orthophoniste !)

    Aimé par 1 personne

  5. Je ne connaissais pas du tout et pourtant au collège j’étais fan de la collection « scripto » les thèmes sont toujours durs : la mort, la religion, l’anorexie, la solitude, la chirurgie esthétique,… j’en ai lu pas mal mais Max je ne connais pas, c’est assez perturbant d’avoir la même date d’anniversaire que lui haha mais tu en as très bien parlé ça me donne envie de le lire 😉 merci pour cette découverte

    Aimé par 1 personne

  6. J’ai beaucoup entendu parler de ce livre et je me laisserais bien tenter un jour!

    Aimé par 1 personne

  7. J’ai vraiment envie de le lire après avoir lu ton avis ! Ca fait longtemps que je l’ai sur ma wish sans jamais oser sauter le pas mais là tu me persuades encore plus de le lire !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :