Romans

« L’étrange disparition d’Esme Lennox » Maggie O’Farrell

« Pose ton livre, Esme, lui avait dit sa mère. Tu as assez lu pour ce soir. »
Elle en était incapable, car les personnages et le lieu de l’action la captivaient. Soudain, voilà que son père se tenait devant elle, lui arrachait le livre, le fermait sans marquer la page. « Fais ce que dit ta mère, pour l’amour de Dieu », disait-il.
Elle se redressa, la rage bouillonnant en elle, et, au lieu de demander : « S’il te plaît, rends-moi mon livre », elle lâcha : « Je veux continuer l’école ».


Ce n’était pas prévu. Elle savait que le moment était mal choisi pour aborder ce sujet, que la discussion ne servirait à rien, mais ce désir était aigu en elle, et elle n’avait pas pu s’en empêcher. Les mots avaient jailli de leur cachette. Sans son livre, ses mains se sentaient curieuses et inutiles, et le besoin de continuer l’école s’était exprimé par sa bouche à son insu.
(…) « Non, répondit son père.
– S’il te plaît ». Esme se leva, s’étreignant les mains pour les empêcher de trembler. « Mlle Murray dit que je pourrais obtenir une bourse et ensuite, peut-être, tenter l’université et…
– Ca ne servirait à rien, trancha son père en se rasseyant dans son fauteuil. Pas question que mes filles travaillent pour vivre. »

 

Nous sommes en 1930 et l’éducation des jeunes bourgeoises les destinait à devenir de futures reines du foyer, des épouses et des mères, leur éducation générale était sommaire, elles apprenaient à tricoter, à broder, à jouer du piano, l’objectif était de trouver un bon parti. Esme, seize ans, est différente, elle aime lire, veut poursuivre des études et ne veut pas se marier. Son comportement est perçu comme « farfelu » par les jeunes femmes de son âge mais aussi par les adultes qui l’entourent. Kitty, sa soeur aînée est dans le moule, elle ne fait pas de vagues et attend avec impatience un prétendant mais l’attitude de la cadette risque de mettre un frein aux attentes de l’aînée. Pour résoudre le problème, la famille décide d’interner la cadette à Édimbourg, à l’asile de Cauldstone où elle y sortira soixante ans plus tard. L’hôpital fermant ses portes, on cherche un familier susceptible d’accueillir la vieille dame, c’est Iris, la petite fille de Kitty qui est désignée pour accueillir cette parente dont elle ne connaissait pas l’existence.

L’étrange disparition d’Esme Lennox est un court roman à trois voix, celle d’Esme, de Kitty et d’Iris, trois femmes de la même famille. C’est un sujet terrible que l’internement forcé pour une attitude non conventionnelle et non pas pour une raison pathologique, une sentence lourde et longue de conséquence pour cette jeune fille de seize ans à qui on a volé la vie. C’est aussi comme souvent, un lourd et terrible secret de famille. C’est aussi un regard sur la société bourgeoise de l’époque, et aussi un regard porté aux établissements psychiatriques. Poignant, une chute bouleversante, à lire!

Publicités

7 comments on “« L’étrange disparition d’Esme Lennox » Maggie O’Farrell

  1. Merci Cat pour la recommandation!

    Aimé par 1 personne

  2. Une lecture qui doit être poignante et ô combien révoltante ! Merci pour cette découverte Cat.
    Je te souhaite une belle fin d’année, ainsi qu’à tes proches

    Aimé par 1 personne

  3. J’avais a-do-ré! Ca fait longtemps que je l’ai lu mais j’en garde un très bon souvenir.

    Aimé par 1 personne

  4. valmleslivres

    C’est un coup de coeur pour moi, mon préféré de l’auteure à ce jour (j’ai aussi beaucoup aimé Fortes Chaleurs…).

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :