BD Kkrist Mirror

« Tsiganes : 1940-1945, Le camp de concentration de Montreuil-Bellay » de Kkrist Mirror

« Kkrist Mirror réussit le tour de force, pour un auteur de bandes dessinées, de nous intéresser à une histoire sérieuse, originale et profondément humaine qui se déroule dans la France de l’occupation et qui nous oblige à prendre parti non pour l’occupé ou pour l’occupant mais pour plus de compassion et de fraternité dans les rapports humains ». Serge Klarsfeld


Un album qui évoque un point de l’histoire méconnu et ignoré et peu évoqué  à savoir l’internement des Tsiganes en France, et le décret du 6 avril 1940 qui astreignait tous les nomades à résidence surveillée. Et oui, les nomades de France ont aussi été victimes du nazisme, internés, exterminés, pour eux, c’est un holocauste oublié.

L’histoire a lieu au camp d’internement de Montreuil-Bellay, un camp construit en particulier par des républicains espagnols sortis des camps d’internement du Roussillon et qui, pour ne pas être renvoyés en Espagne, ou la mort ou la prison les attendaient, en construisirent un certain nombre, dans des conditions de travail inhumaines. Ces camps étaient gérés et administrés par l’Etat français. On retrouve aux côtés de ces espagnols, l’abbé Jollec, un homme qui a réellement existé et c’est son histoire et son action qui nous sont contées. C’est un brave homme cet abbé, une âme bien charitable en ces temps difficiles. Voilà donc ce bon abbé Jollec, sorte de travailleur social, qui aime la picole, qui court à la défense des tsiganes enfermés dans ce camp et va tout mettre en oeuvre pour les y sortir.

« On est si loin, on ne voit plus le camp…
Que ce serait bon de ne plus y retourner! »


Tsiganes c’est un excellent témoignage, une participation à l’effort de mémoire. Sont évoqués l’occupation, la résistance, la collaboration, l’internement et les conditions de vie, la déportation, le mépris et la méfiance de la population, l’attitude de l’état, des notables, de l’Eglise de France. Sachez que l’internement des nomades ne pris pas fin à la libération et cette population marginale sera la dernière à quitter les camps d’internement, en 1946. Les images sont fortes et retransmettent toute la noirceur des camps et de cette époque tourmentée de notre histoire. Un sacré coup de crayon ce Kkrist Mirror. A noter une belle introduction de Serge Klarsfeld. A lire et à voir, un très bel album.

Publicités

12 comments on “« Tsiganes : 1940-1945, Le camp de concentration de Montreuil-Bellay » de Kkrist Mirror

  1. Un album bien sombre en ces jours plus « lumineux ».

    Aimé par 1 personne

  2. Je suis en train de lire IMRE KERTÉSZ, récit du même genre sur la survie dans les camps, Ce n’est pas des lectures des plus gais en ce moment

    Aimé par 1 personne

    • Jamais lu cet auteur hongrois mais lu par ci par là quelques chroniques mais j’attends ton retour. Quel roman ? Une bonne nuitée et de bonnes fêtes à toi…

      J'aime

  3. Je vais le lire ! Je trouve cela vraiment important en ces jours bien sombres pour la tolérance. Merci ! J’ai beaucoup aimé les romans de Kertész Liquidation et être sans destin.

    Aimé par 1 personne

  4. Tentée par cet album. J’avais lu « Manouches » il y a quelques temps et je voulais poursuivre dans la bibliographie de Mirror.

    Aimé par 1 personne

  5. Rhooo punaise! Tu m’as ramené plus de 20 ans en arrière ! Pour mon bac français à l’oral j’avais présenté un dossier sur les tsiganes 😉

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :