Jeunesse, ados les chroniques de Marie Romans

La chronique de Marie : « Red Queen » Victoria Aveyard

Bonjour à tous ! En ce mois de décembre, je tenais à parler d’une saga que j’ai découvert il y a peu. Dès le premier tome, je suis tombée amoureuse du style de l’auteure, et de cet univers. Cette dystopie se compose de quatre tomes dont uniquement les deux premiers sont sortis.

« Les Argents n’ont rien à craindre de nous, les Rouges. Tout le monde le sait. Nous ne sommes pas leurs égaux, même si rien ne nous différencie en apparence. Le seul signe distinctif, extérieur en tout cas, est que les Argents se tiennent bien droit, tandis que nous avons le dos courbé par le travail, l’absence d’espoir et la déception inévitable face au sort qui nous attend. »

Dans le royaume de Norta, la couleur de votre sang décide du cours de votre existence. Sous la direction de la famille royale, les Argents, dotés de pouvoirs hors du commun, règnent sur les Rouges, simples mortels, qui servent d’esclaves ou de chair à canon.

red-queen-t1-1-395x420

Mare Barrow, une Rouge de dix-sept ans, tente de survivre dans une société qui la traite comme une moins que rien. Quand elle révèle sans le vouloir des pouvoirs extraordinaires et insoupçonnés, sa vie change du tout au tout. Enfermée dans le palais royal d’Archeon et promise à un prince argent, elle va devoir apprendre à déjouer les intrigues de la cour, à maîtriser un don qui la dépasse, et à reconnaître ses ennemis, pour faire valoir l’indépendance de son peuple.

« Tu ferais mieux d’enfouir un peu mieux ton cœur, Lady Titanos. Il ne t’emmènera pas là où tu veux aller. »

« Je considérais les Argents comme des dieux intouchables que rien ne pouvait menacer ou effrayer. Je sais maintenant que l’inverse est vrai. Ils ont vécu si longtemps au sommet, protégés et isolés, qu’ils ont oublié que la chute était possible. Leur force est devenu leur faiblesse. »

C’est peut-être étrange pour certains et qui trouveront ça aberrant ou ridicule mais pour moi, il y a des romans qui passe en laissant une petite brise après leur passage, d’autres c’est un courant d’air glaçant et d’autres, enfin, qui enclenche une tempête. Et ce livre est l’un de ceux-là. Après l’avoir fini, je voulais déjà une suite (et à mon grand soulagement, j’ai appris qu’il y en avait une, ouf !). Ce roman m’a transporté, cet univers m’a aspiré avec lui et je n’ai pas pu m’en détacher jusqu’au dénouement final. J’ai été émue, j’ai surtout été triste car c’est un roman sombre, trop peut-être pour certains mais Mare ramenait le rire, le sourire quand il le fallait. Et pour cela, parce que c’est d’abord l’auteur qui nous offre tout ça, je la remercie profondément. C’est l’un de ses premiers livres et elle a tout d’une grande.

«  Je suis le roi et tu aurais pu être ma reine rouge. Désormais, tu n’es plus rien. »

Ses personnages sont peut-être encore une ébauche et grandiront avec la suite mais cette ébauche m’a emballée. Cal, Maven, Lucas, Gisa, Farley, Kilorn et bien sûr Mare m’ont séduit avec honnêteté, avec humour, avec ruse, avec justice et avant tout avec amour. Cal, le prince héritier du trône, qui voit son peuple souffrir mais croit ne rien pouvoir changer. Maven, le frère de Cal, qui rêve de sortir de l’ombre de son frère. Lucas, le garde du corps, qui protège Mare et s’en fait une amie. Gisa, la petite sœur de Mare, qui a un talent hors du commun. Farley, aux commandes d’une organisation, la Garde Ecarlate, qui lutte pour l’égalité et la liberté de tous, Rouges compris, et qui résiste pour les autres. Kilorn, le meilleur ami de Mare, qui veut sauver celle qui le sauve depuis toujours. Et Mare, celle qui n’est pas ce qu’elle est censée être. Ni Rouge, ni Argent. Elle est entre deux mondes mais n’appartient au final qu’à un seul. C’est une fille qui se construit au fil des pages, au fil des situations auxquelles elle est confrontée et à quoi elle est préparée. Au départ, on la perçoit comme fragile, timide, indécise. Elle se précise, prend de l’assurance et devient une jeune femme forte, courageuse. Les épreuves qu’elle subit la détruise, mais elle tente toujours de se reconstruire par la suite, même si ce n’est pas toujours facile…

« La vérité n’est que ce que j’en fais. Je pourrais mettre ce monde en feu et prétendre qu’il s’agit de pluie. »

Ce roman est aussi et avant tout une histoire de pouvoir, un jeu dangereux, de mensonges et de trahisons… C’est l’histoire de la survie, de la révolte, de la rébellion, c’est ce qui n’est pas encore fini et ce qui va devenir par la suite.

« Et notre armée se lèvera, aussi rouge que l’aube. »

« N’importe qui peut trahir n’importe qui. »

Sur ce, passez de joyeuses fêtes !

Publicités

2 comments on “La chronique de Marie : « Red Queen » Victoria Aveyard

  1. J’ai aimé jusqu’au moment où le petit prince se révèle, j’ai trouvé ça un peu trop forcé, trop facile pour un livre qui exploitait de bonnes idées. Le rythme est bon, il est dynamique, on s’attache facilement aux personnages même s’ils ont quand une construction stéréotypée. Je suis un peu déçue de cette lecture en réalité TT.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :