AUTOEDITION Polars

« Brooklyn Paradis » Chris Simon

Courtney Burden 37 ans, une bourgeoise catholique, mère de deux enfants, deux garçons, un adolescent en pleine effervescence hormonale et un petit qui comme tous les petits, passe son temps à demander toujours un tas de trucs, vit à Brooklyn, un des arrondissements de New York. Sa vie est financièrement confortable, elle a un riche époux, une bonne latino handicapée qui ne parle pas américain et un chauffeur, majordome et homme à tout faire ex yougoslave qui semble aimer l’ordre. Notre américaine a une addiction qui dérange la maisonnée et le petit personnel, c’est une chineuse addictive qui fait les poubelles et qui n’a de cesse d’entasser, d’entasser. Cette addiction va la mener à prendre un vieux canapé en cuir bourré d’héroïne qui appartient à des personnes peu recommandables mais ça, Courtney ne le sait pas encore.

– P’pa, on fait partie des 1%
– 1% de quoi ?
– Jason dit que les classes n’existent plus. A la place on parle de pourcentages. Les plus riches se nomment les 1%
– Deux pour cent, ça te va ? (…)
– Pourquoi maman fait les poubelles, alors ?
– Je ne fais pas les poubelles, j’adopte les objets abandonnés, je les sauve de la destruction… Nuance.

Chris Simon n’est pas une inconnue. Je l’ai déjà chroniquée à deux reprises pour Lacan et la boîte de mouchoirs, édité déjà sous forme de feuilletons et Memorial Tour, un coup de coeur livresque pour ce curieux pèlerinage d’une famille en Pologne. Alors quand Laure Lapegue auteure et fondatrice de Booknseries m’a contactée afin de chroniquer la première saison de Brooklyn Paradis, j’ai dit oui sans hésitation aucune. Me revoilà plongée dans la littérature d’anticipation présentée sous forme de roman-feuilleton, un genre littéraire qui triompha au XIXème siècle avant d’être remplacé par le cinéma, la BD, la radio et la télévision. Mais la trash fiction est de retour et comme je suis plutôt friande de série TV, voilà un genre qui ne me déplaît pas.

– Soit on disparaît maintenant, soit on retrouve ce putain de canapé, on le livre et basta tutti pravda.
– Tu sais ce qu’on dit chez moi quand un malheur arrive ? Qu’il faut l’accueillir à bras ouverts, car il nous épargne d’un plus grand malheur encore.
– Y a pire qu’une condamnation à mort ? Tu sors d’où, toi ?
– On n’est pas encore morts.

J’avoue m’être tordue de rire, des dialogues drôlissimes et des situations improbables en tout genre, un excellent casting composé de personnages hauts en couleurs, les faux héros, des mafiosos colombiens, asiatiques, même la kippa connection, des prostituées trans…  C’est un roman différent des deux autres mais un humour bien plus puissant que Lacan et la boîte de mouchoirs qui laissait déjà paraître le potentiel humoristique de l’auteur. La palme d’or revient pour moi à l’adolescent de quatorze ans de la maison, son questionnement sur les classes sociales sont incroyables, ses séances de masturbation devant la fenêtre d’en fasse où la vieille de 30 ans fait sa gymnastique, son envie de devenir riche, plus riche que papa. Vraiment, vraiment c’est excellent. J’attends la saison 2 avec grande impatience. On trouve vraiment des perles dans l’autoédition et Chris Simon en est une.

Avec encore à Booknseries de m’avoir fait confiance.

En vente sur amazon

Publicités

7 comments on “« Brooklyn Paradis » Chris Simon

  1. Ca à l’air complètement déjanté :-).
    J’aime bien la notion « d’adopter des objets abandonnés »

    Aimé par 1 personne

  2. Moi aussi j’aime bien cette notion d’objets abandonnés adoptés 🙂 belle idée…

    Aimé par 1 personne

  3. Merci Cat! Encore de l’humour comme je l’aime! Bien tordu! 🙂

    Aimé par 1 personne

  4. Une histoire en béton, des personnages siphonnés, un style survolté…ben ça m’a l’air tout bon 🙂
    Merci Cat !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :