Romans

« Female » Laure Lapègue

Nous sommes en 2052, les femmes ont le pouvoir, la parité est imposée depuis un petit bout de temps, c’est le girl power.

« Hier au service des hommes, aujourd’hui à celui des femmes »

Axel, 32 ans vient de perdre son travail de magasinière chez Mon Meuble Eco. Cela tombe mal et compromait ses projets de déménagement et d’enfant. En plus Sam, son petit copain est au chômage et cela n’arrange rien. Elle va donc, à contre coeur, demander à sa mère de l’aider financièrement. Une mère avec qui elle entretient des rapports tendus, cette dernière lui préfèrant son frère Camille. Elle accepte de l’aider, à condition qu’Axel rencontre des femmes bienveillantes de l’association « Je.Tu.Nous.ELLES » dont l’objectif est d’aider les femmes à se réinsérer dans la vie professionnelle de façon valorisante. La jeune femme intègre le groupe, sa vie va alors basculer.

« En tout cas pour Axel une chose était sûre: Le sexe faible n’existait pas. Seuls les êtres faibles existaient ».

Avec un tel titre, je me suis dit qu’il allait être question de sextrémistes. C’est vrai. Laure Lapègue nous propose une intrigue qui se passe dans monde futuriste inquiétant où les femmes ont mangé les hommes et les ont supplanté socialement. Les femmes sont carriéristes, alors finies les grossesses dites « normales », on opte pour les mères porteuses, on choisit même le sexe de l’enfant, voir davantage. Les femmes affichent leur force, leur inflexibilité face aux hommes mais que se cache-t-il derrière ? Certainement un complexe d’infériorité refoulé, hérité du système patriarcal qui a la peau dure.

« Tu voulais que je réussisse ? Regarde ce que je suis devenue! Un truc qui ne sait plus de quel côté se classer. Female! Elles portent bien leur nom tiens! Ni homme, ni femme. Juste une bande de caricatures. Des caricatures ridicules. »

Il est donc question d’une nouvelle vision de la parité homme-femme, d’une égalité qui passe par la non-acceptation des femmes par les femmes elles-mêmes et une société où les sextrémistes sont les meilleures ennemies du féminisme et des femmes. Je n’ai pu m’empêcher de faire parfois un parallèle avec le mouvement Femen, ces militantes en lutte contre la société patriarcale qui selon des sources journalistiques étaient sous l’emprise d’un homme, une sorte de gourou, aujourd’hui écarté, il me semble.

Merci à l’auteur de m’avoir envoyé son roman et de m’avoir fait confiance. Un roman agréable à lire, bien écrit, l’intrigue qui se passe à Bordeaux est bonne, c’est rythmé, un bon casting, essentiellement féminin. Une chute, que je n’ai pas vu venir, et qui m’a arraché un « NON! ». Excellent! Female, à lire.

Publicités

7 comments on “« Female » Laure Lapègue

  1. Choix intéressant Cat! Les fins qui font non, c’est souvent ce que j’aime… Se laisser surprendre! Bonne soirée!

    Aimé par 1 personne

  2. Un monde qui aurait surmonté sa peur de la différence, son agressivité face à ce qu’il ne pouvait pas reconnaître de lui-même et qui – mature et affirmé – permettrait l’expression libre de sa propre individualité et cela, au delà des identités et des appartenances. Alors, oui.
    Je vais m’empresser de découvrir la vision de Laure Lapègue. Merci.

    Je m’étais amusée à l’imaginer, en version sensuelle…
    https://carnetsdedestinees.wordpress.com/2017/02/07/ecartee/

    Aimé par 1 personne

  3. Ce que tu dis sur la chute éveille la curiosité.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :