TEMOIGNAGE, BIOGRAPHIE

Le dernier salaire » de Margaux Gilquin

Aujourd’hui j’ai 55 ans et je ne suis plus rien.

Pourtant, je me suis battue pour retrouver du travail. Peut-être trop, peut-être mal, mais je me suis battue. Hier, j’ai reçu mes dernières allocations chômage. Je suis blanche de peur. Je suis obligée de quitter mon appartement car il me reste moins de 500 euros par mois.

Je veux survivre.

Après avoir lu, avec un grand intérêt, le petit abécédaire sur les cadres en détresse de Aurélie Luttrin, édité aux éditions Baudelaire, me revoilà plongée dans le monde impitoyable du salariat et de l’entreprise avec le témoignage fort, émouvant et surréaliste d’un femme 55 ans, licenciée à 48 ans, en pleine fleur de l’âge, suite à un changement d’équipe. Comme souvent, nouveau chef hiérarchique rime avec anciennes têtes qui tombent. C’est à un long et douloureux parcours du combattant, pour retrouver un emploi, que doit faire face Margaux Gilquin. Fini le temps où l’on quittait un emploi et on en retrouvait un autre le lendemain même. Les temps, les mentalités, les conditions de travail ont changés et qu’il est difficile de se retrouver dans la peau d’un chômeur de 50 ans. Voilà une génération sacrifiée et un chômage qui continue d’exploser. Que dire de certains candidats à la présidentielle souhaitent lier l’âge de la retraite à l’espérance de vie!
Elle en envoie des cv et en croise de curieux interlocuteurs Margaux. Les agents incompétents du pôle emploi, leur structure déplorable, le grand n’importe de l’accompagnement et du suivi, les syndicalistes qui ont une drôle de façon d’encourager les troupes dans le désarroi, l’auto-suffisance et la déshumanisation de jeunes chasseuses de tête des agences d’intérim. Le marché de l’emploi craint vraiment et Margaux Gilquin se retient d’exploser et emploie d’humour et l’auto-dérision. Heureusement sinon que ferait-elle ? Je vous laisse l’imaginer!

Arrivée en fin de droit, elle survit avec très peu, moins de 500 euros et en solution de dépannage, elle est hébergée par une vieille parente dans le sud. Ce n’est pas une solution digne cela! Un témoignage émouvant, déroutant voir parfois surréaliste! Je conseille et je remercie Margaux Gilquin de m’avoir envoyé son roman édité chez XO éditions. Lisez-le car croyez-moi dans le monde dans lequel nous vivons et celui qu’il tend à devenir, personne n’est épargné!

En vente chez XO éditions

Publicités

9 comments on “Le dernier salaire » de Margaux Gilquin

  1. Kalya Ousmane

    Voilà un bel avis en ce jour anniversaire des un an de la sortie du Dernier salaire!

    J'aime

  2. Ping : Le dernier salaire » de Margaux Gilquin  – Balades, Chroniques & Portraits par Margaux Gilquin

  3. « Que dire de certains candidats à la présidentielle souhaitent lier l’âge de la retraite à l’espérance de vie! » Que le travail, c’est la santé… 🙂

    Aimé par 1 personne

  4. Superbe , ces chroniques des temps présents, des temps incertains

    Aimé par 1 personne

  5. Ping : Revue de Presse « Le Dernier Salaire », paru aux Editions XO – Balades, Chroniques & Portraits par Margaux Gilquin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :