Editions Baudelaire Romans

« Mon colonel » Delphine Niagbo Abehio Krizoua

« Depuis que j’avais couché avec le colonel, je me posais ces questions et essayais d’apporter des réponses simples, collant avec mon âge. Désormais, j’avais quinze ans. La fin des vacances annonçait une année de plus pour moi à chaque fois. J’avais quinze ans, je venais de perdre ma copine âgée de dix-huit ans et je sortais avec un homme de cinquante-cinq ans ».

Encore une belle découverte des éditions Baudelaire et jusqu’à présent, je n’ai pas été déçue par leur ligne éditoriale. Alors merci de me faire confiance et de m’envoyer des perles régulièrement…

Voilà un roman coup de poing que celui de Delphine Niagbo Abehio Krizoua et un terrible constat sur l’Afrique. Années 90, « Mon colonel » est le récit de la jeune Dello, ivoirienne qui rêve d’un mode de vie à l’européenne. Issue d’un milieu pauvre, douze enfants, une famille élargie comme souvent, un système qu’elle critique ouvertement. Le père de Dello n’échappe pas à la règle et fait passer ses voisins avant sa propre famille, partage ce qu’il ne possède pas, ce qui conduit la famille à vivre dans la précarité. Le père de famille impose aux siens une maltraitance psychologique et une grande négligence. Ce père, Dello, l’aime et le jour où il meurt des suites d’une agression (il est officier de police), la jeune fille est déstabilisée. Curieuse, bonne élève, elle découvre aussi prématurément et seule la sexualité, sujet tabou en Afrique, accumule les aventures sexuelles souvent non protégées, se prostitue pour survivre et devient la maîtresse d’un haut dignitaire qui pourrait être son grand-père. Elle n’a que treize ans mais « c’est déjà un fruit comestible pour les hommes » comme on dit au pays. Quelle erreur!

Inceste, pédophilie, avortements clandestins, prostitution des jeunes adolescentes, sida… On parle peu de sexe en Afrique. Les adultes, hauts dignitaires, parents très proches parfois, se cachent, sévissent et persuadent leurs jeunes victimes du bien-fondé de la chose en leur promettant monts et merveilles. Pas de communication en famille mais comment en vouloir aux mères bien trop préoccupées par la survie de leur progéniture et spectatrice silencieuse de la déviation morale de leurs filles.

Un livre que je recommande, Delphine Niagbo Abehio Krizoua ne mâche pas ses mots, c’est courageux et on ne peut qu’être interpellé devant cette triste réalité africaine. Toujours d’actualité aujourd’hui, l’avenir de nombreuses adolescentes en Afrique est en danger, un véritable drame social.

En vente aux éditions Baudelaire

Publicités

1 comment on “« Mon colonel » Delphine Niagbo Abehio Krizoua

  1. Libriosaure

    Oh, c’est tout à fait mon genre de livres ! Merci, je ne connaissais pas !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :