Horreur Thriller

« Au nom de l’art » Cetro

Horreur, fantastique, humour, thriller noir sont au rendez-vous avec le nouveau Cetro Au nom de l’art

Une adolescente de seize ans, un gosse de deux ans qui ne communique pas et semble présenter des signes d’autisme, une mère aimante qui élève seule ses deux enfants, un jeune adolescent amoureux, des pseudo-artistes, des criminels psychopathes terrifiants, sadiques et dénués d’empathie, des femmes médecins complètement barrées qui ont rompu le serment d’Hippocrate et dont l’une des deux, fait une fixette sur les oreilles de lapins, des autorités corrompues, bref un scénario bien ficelé au rythme soutenu, qui prend en haleine et dont on a du mal à se détacher malgré l’horreur et la violence de la situation que l’humour en cascade temporise fort heureusement.

Décidement Cetro n’est jamais en cours d’imagination! L’écriture, on l’aime ou on ne l’aime pas. C’est un franc-parlé, les dialogues s’adaptent aux personnages, alors oui parfois les méchants parlent crûment, les adolescents comme ceux que nous connaissons s’expriment aussi parfois mal, les autochtones ont leur langage propre et puis il y a ceux qui s’expriment convenablement, tout comme dans la vie réelle… Toujours une critique de notre société moderne, sa violence,  toujours des enfants , deux adolescents et un petit garçon de deux ans, une fratrie et un amoureux. Une mère seule aussi, deux enfants, deux pères différents qui ont pris la tangente. Le petit ne communique pas, on ne s’est pas vraiment penché sur la maladie du gosse, on l’entoure d’amour, c’est encore une mère aimante. La jeune héroïne est belle, sportive, courageuse, forte en gueule, héroïque. Toujours beaucoup d’amour parfois franchement exprimée ou maladroitement selon les personnages.

C’est aussi d’Art dont il est question, de snobisme, de bêtise humaine, de sectarisme, d’arrivisme, de pseudo-artiste et pseudo-art, de luxe et de fric. Et oui, l’Art n’est plus un soutien moral mais une machine à fric. Alors on recherche l’extravagance, le jamais vu, le sensationnel, l’impensable… L’exploitation cynique de la bêtise et du snobisme est à son comble!

L’histoire annonce une suite, j’ai choisi la version longue non censurée par l’auteur, vous aurez le choix entre deux versions. Attention, le texte est susceptible de choquer les âmes sensibles. J’attends la suite avec impatience!

En vente sur Amazon

Publicités

3 comments on “« Au nom de l’art » Cetro

  1. J’aime lorsque cela choque les âmes sensibles…

    Aimé par 1 personne

  2. Ping : « Au nom de la vie » Cetro – Chroniques Aiguës

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :