Jeunesse, ados les chroniques de Marie Romans Science Fiction

Marie a chroniqué « la saga Divergente » Veronica Roth

 

 

Bonjour tout le monde  ! Ce mois-ci, après avoir été évoquée dans les commentaires du mois dernier, j’ai décidé de parler de la saga Divergente. C’est une saga qui me tient très à cœur, parce que c’est grâce à cette trilogie que j’ai découvert une passion pour la lecture. Aujourd’hui, même si évoquer ces livres et mon coup de cœur pour eux remonte à quelques années en arrière, ces livres me font toujours autant vibrer.

«  Je crois aux actes de courage ordinaire, au courage qui pousse une personne à prendre la défense d’une autre.  »

Je vais me pencher sur le premier tome.
Voici en premier une courte description du premier opus de cette dystopie.

ELLE EST DIVERGENTE.
ELLE EST EN DANGER DE MORT.
Dans un monde où on ne peut appartenir qu’à une seule faction parmi 5, une jeune fille apporte le chaos.
Dans un Chicago post-apocalyptique, la société est divisée en 5 factions : les Altruistes, les Audacieux, les Sincères, les Érudits et les Fraternels. Chacune est consacrée au culte d’une vertu dans l’espoir de créer une civilisation parfaite. Les enfants grandissent dans la faction où ils sont nés. À 16 ans ils doivent choisir quelle sera la leur, pour la vie. Avant de prendre cette décision, ils passent des tests pour connaître la vertu la plus proche de leur personnalité. Pour Beatrice, issue d’une famille Altruiste, le choix s’annonce plus difficile encore.
Son choix ne sera pas sans conséquences. Il apportera le chaos mais lui fera aussi découvrir l’amour…

«  L’humanité est faîte de façon que tôt ou tard, les mauvais instincts reviennent toujours nous empoisonner. »

La suite, avec mon point de vue.

Je me rappelle qu’il m’avait fallu un certain temps après avoir terminé ce premier tome pour m’en remetre car oui, il est plein de rebondissements surprenants, de passages à couper le souffle et d’instants magiques époustouflants.

« Vous nous avez choisis, conclut-il. Maintenant, à nous de vous choisir »

Divergent est le premier roman dystopique dans lequel je me suis plongée et que j’ai tout simplement adoré. Ici, nous sommes plus proche du style de Hunger Games. En effet, dans le monde de Beatrice, nous devons choisir entre cinq factions : Sincère, Altruiste, Erudit, Audacieux, Fraternels. Depuis sa plus tendre enfance, elle vit dans la faction Altruiste avec Caleb, son frère. Leurs parents et lui se sont toujours montrés à l’écoute, gentils sans rien attendre en retour. Mais pour Beatrice, les choses sont différentes.

 

« Ceux qui condamnaient l’agressivité ont formé les Fraternels. Ils échangent des sourires. Ils ne s’habillent qu’en rouge et en jaune et privilégient le confort. Ils m’ont toujours l’air serviables, aimants, libres. Mais je n’ai jamais envisagé de les choisir.
– Ceux qui pointaient du doigt l’ignorance ont donné les Érudits. Exclure les Érudits a été le seul point facile de ma décision.
– Ceux qui blâmaient la duplicité ont composé les Sincères. Je ne les ai jamais aimés.
– Ceux qui incriminaient l’égoïsme ont créé les Altruistes. Je condamne l’égoïsme ; sincèrement.
– Et ceux qui dénonçaient la lâcheté ont constitué les Audacieux. Mais je ne suis pas assez altruiste. Toujours pas, au bout de seize ans d’efforts. »

Depuis toujours, elle a beaucoup de mal à s’adapter à sa faction, et bien que sa vie lui plaise, elle sait que quelque chose cloche. Heureusement pour elle, elle est âgée de seize ans. A cet âge-là, les adolescents choisissent à quelle faction ils vont dédier leur vie jusqu’à leur mort. Beatrice va alors devoir passer un test pour savoir vers quelle vertu elle va se tourner. Malheureusement, les résultats de ce dernier vont se révéler être très étranges…

« Ça ne va pas être facile de me débarrasser des vieux réflexes de mon éducation Altruiste, comme si je devais défaire les fils d’un tissage complexe. Mais je me fabriquerai de nouvelles habitudes, de nouvelles pensées. Je deviendrai quelqu’un d’autre. »

Là je me tais, et je vous laisse découvrir le suspense totalement prenant que cache cette fabuleuse histoire. Et quelle histoire ! Tout d’abord, il faut que vous sachiez que Beatrice va se faire surnommer Tris durant le roman. Pourquoi ? Je vous laisse le plaisir de le comprendre. Mais vous devez également savoir que cette héroïne est juste parfaite. Oubliez les protagonistes qui ne font aucune faute et qui semblent « bons » à chaque instant. Ici, on a le droit à une personne qui fait des erreurs, qui doute, qui souffre et qui ressent des émotions brutales. On ne tarde pas au fur et à mesure du récit à s’attacher à ce personnage troublant et touchant. Tris est courageuse et vulnérable à la fois. On sent en elle une véritable volonté de se battre pour vivre.

Oeil de la saga

«  Tout à coup, c’est comme si quelqu’un avait insufflé de l’air neuf dans mes poumons. Je ne suis pas une Altruiste. Je ne suis pas une Audacieuse. Je suis une divergente. Et on ne peut pas me contrôler.  »

D’ailleurs, ce point est un élément clé de l’histoire. On découvre avec émerveillement jusqu’où l’héroïne est prête à aller pour découvrir qui elle est. Ce livre est également basé sur la découverte de soi d’ailleurs. En effet Tris va apprendre à dépasser ses limites et à se battre contre elle-même pour avancer. Cela n’a fait que renforcer mon admiration pour elle.

 

« C’est lui ou moi. Je me choisie. Mais je me sens morte aussi. »

De plus, derrière cette personnalité forte et poignante, on entre dans un univers passionnant. Veronica Roth possède en effet ce rare pouvoir, celui de nous déchirer par de simples mots. Elle n’hésite pas à décrire de sanglants spectacles pour nous bouleverser et à nous décrire des scènes d’amour à nous en donner la chair de poule. Car oui, la romance n’est tout de même pas oubliée. Beatrice va rencontrer un homme durant son initiation. Un qui va énormément la troubler. Comme nous grâce à leur histoire.

«  Des mains se tendent vers moi. En saisissant une au hasard, je me hisse hors du filet et je me laisse rouler par terre. J’aurais atterri la tête la première sur le plancher s’il ne m’avait pas rattrapée. « Il », le garçon que je découvre au bout de cette main, a une bouche fine à la lèvre inférieure pleine, et des yeux enfoncés si profondément dans leur orbite que ses cils touchent ses arcades. Ils sont bleu sombre, couleur de nuit, de rêve.  »

Qu’est-ce que je peux ajouter ? Ce livre est vraiment sensationnel. On voyage au cœur d’une intrigue fascinante et palpitante. C’est vrai, j’ai ressenti plusieurs fois de fortes montées d’adrénaline, de stress et de tension. L’atmosphère de Divergent est à la fois oppressante et captivante.

«  A quoi bon être opérationnel physiquement si nos idées s’en vont dans tous les sens ?  »

Vous savez, ce livre nous attire alors qu’on sait qu’en le lisant, on va se faire mal. On sait pertinemment qu’il va y avoir des morts, que la douleur ne va pas s’arrêter pour les héros et que les cicatrices vont mettre du temps à se fermer. Mais on y retourne, inlassablement. C’est angoissant et extraordinaire. C’est Divergent, tout simplement.

_____________________________________________________
A savoir  :
• Il existe une adaptation cinématographique pour chacun des tomes. Elles sont, globalement, moins bonnes que les livres. Mais libre à vous de vous faire votre propre avis en les visionnant.  😊
Voilà la bande annonce du premier volet.

 

 

Publicités

2 comments on “Marie a chroniqué « la saga Divergente » Veronica Roth

  1. Ma chère Marie quelle chronique! 15 ans et quel sérieux dans ton rendu! Merci petite cousine!!!

    J'aime

  2. Une série à lire et à voir que j’ai très envie de découvrir.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :