Jeunesse, ados les chroniques de Marie Romans

Marie a chroniqué : « Nous les menteurs » E. Lockhart

Ce mois-ci, j’ai décidé de parler d’un livre que Cati m’a gentiment offert il y a quelques mois. Celui-là m’a particulièrement marqué au fer rouge. C’est un réel coup de cœur et… quel ascenseur émotionnel !

Laissez-moi vous présenter Nous les menteurs de E. Lockhart.

« Une famille belle et distinguée. L’été. Une île privée. Le grand amour. Une ado brisée. Quatre adolescents à l’amitié indéfectible, les Menteurs. Un accident. Un secret. La vérité. »

2016-01-02

Voici le résumé…

Bienvenue dans la famille Sinclair.

Tous sont beaux, riches, sportifs, intelligents, aucun n’a droit à l’échec.

Ils passent leurs étés à Beachwood, leur île privée au large du cap Cod.

Cadence est l’aînée des petits-enfants.

Voici son histoire, et celle des Menteurs.

Une histoire bouleversante dont on ne sort pas indemne.

Nous-les-menteurs-map-1024x774

 

« Mon nom complet est Cadence Sinclair Eastman. Je souffre de migraines. Je ne peux pas souffrir les imbéciles. J’aime jouer sur les mots. J’endure. »

Ce livre est une vraie révélation pour moi. Incroyablement inattendue. Je suis tombée sous le charme de l’histoire de Cadence et de l’écriture de Lockhart. Je pense que je peux dire que je n’avais pas lu un roman aussi poignant et bouleversant depuis longtemps. Ce livre est choc, foudroyant, beau, intelligent ; il est absolument inoubliable pour quiconque qui pose ses yeux dessus.

« Il n’y a même pas de mot au Scrabble pour décrire à quel point je me sens mal. »

Chaque été, pendant deux mois, les parents Sinclair, héritiers d’une grande fortune se retrouvent sur leur île privée, Beachwood, accompagnées de leurs trois filles et de leurs petits-enfants. Très proches les uns des autres, c’est un moment qu’ils attendent tous avec impatience, même si leur famille est quelque peu déchirée par les histoires d’héritage. Des vacances de rêve, coupés du reste du monde, qui renforcent toujours un peu plus les liens qui unissent cette bande de cousins, « les menteurs » : Mirren, Jonhy, Cadence et Gat qui ne fait pas parti de la famille, mais qui devient le premier grand amour de Cadence. Malgré les airs paisibles de cette famille, aux premiers abords, tout bascule l’été des 15 ans de Cadence, narratrice et personnage principal de l’histoire, qui est retrouvée en état de choc un soir sur la plage. Elle est depuis amnésique et cherche à connaître la vérité sur ce qui s’est passé. Mais tout le monde s’accorde à la lui cacher pour la préserver. Que lui est-il vraiment arrivé ?

« C’est si bon d’être aimé, même si ça ne dure pas. C’est si bon de savoir que notre histoire a existé. »

Ce livre m’a complètement conquis. J’ai très vite accroché à l’ambiance de huis-clos familial qui se déroule, qui plus est, sur une île, et dans un milieu bourgeois très bien décrit. L’histoire, au fil des pages, prend une toute autre tournure, un virage à 180° pour glisser vers un vrai thriller autour de ce secret à découvrir. Je ne m’attendais pas du tout à cette fin stupéfiante qui nous invite à relire le roman une seconde fois à l’annonce de cette révélation.

« Le silence est un vernis protecteur contre la douleur. »

Je me suis énormément attachée aux personnages, mais plus particulièrement à Cadence, Gat, Jonhy et Mirren, qui, le temps du récit, sont devenus mes amis. Je rigolais avec eux, je vivais ces moments avec eux, et je me sentais à ma place et non pas comme une spectatrice de leur monde. Je ne pensais pas m’être autant attaché aux « menteurs » mais les émotions qui me sont tombés dessus à la fin m’ont fait prendre conscience de la sympathie qu’ils ont fini par m’inspirer. J’ai eu du mal à les quitter, à quitter ce monde. Il s’avère que le retournement de situation ne m’a pas aidé… oui, ce livre m’a brisé le cœur, et j’ai mis un moment à m’en remettre.

« Mirren est le sucre, la curiosité et la pluie.

Johnny est la vitalité, la persévérance et le sarcasme.

Gat est la contemplation et l’enthousiasme. L’ambition et le café noir. »

J’ai lu ce livre en une fois et je suis restée un bon moment assise sur mon lit sans savoir quoi faire une fois terminé. Mais j’aime encore plus les livres pour ça, parce qu’ils vous font vivre de réelles émotions, de réels sentiments, à travers de simples mots. C’est un livre qui restera dans ma mémoire. Les histoires transcendantes que j’ai lues comme celle-ci se comptent sur les doigts d’une main. Je ne peux maintenant que le vous conseiller et vous dire à quel point ce livre est un énorme coup de cœur littéraire et qu’il faut absolument le lire. Foncez.

« Fais ce qui te fait peur. »

On se retrouve le mois prochain pour une nouvelle chronique. A bientôt, et bonne lecture.

Publicités

5 comments on “Marie a chroniqué : « Nous les menteurs » E. Lockhart

  1. Merci Marie pour ta chronique… Ton retour enthousiaste sur ce roman a attiré ma curiosité… Merci encore pour ta fidélité, ton sérieux et la qualité de tes chroniques vu ton jeune âge.

    J'aime

  2. Bel article ! J’ai lu ce roman il y a un an et j’ai ressenti la même chose. Je pense que c’est un des livres qui m’a le plus marqué.

    Aimé par 1 personne

  3. En voilà un bel article ! Merci à Cati alors:-)

    Aimé par 1 personne

  4. Je l’ai noté dans ma wish-list

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :