SERIES TV, NETFLIX

« Alias Grace » servante captive à tort ou à raison…

Le moins qu’on puisse dire, c’est que l’auteur canadienne Margaret Atwood a le vent en poupe. Après « la servante écarlate » que je n’ai toujours ni lue ni vue, voici « Alias Grace » une adaptation canadienne, en six épisodes, proposée par Netflix. Encore une histoire de femme brimée, malmenée par la vie et la société.

captive-alias-grace-tout-savoir-sur-nouvelle-serie-phenomene-netflix_width1024

Canada, milieu du XIXe, l’adolescente Grace Marks (Sarah Gadon), et sa famille quittent l’Irlande, l’émigration comme seule alternative pour fuir la misère et la famine et l’espoir d’une vie meilleure ailleurs.

A la mort de sa mère, l’adolescente subit la violence de son alcoolique de père qui voyant que son aînée est sur le point de le tuer après avoir subi un viol, la place comme servante. A seize ans, elle est accusée d’un double meurtre, celui de son employeur et de sa servante et maîtresse, plaide l’amnésie échappant ainsi à la mort. Elle est condamnée à la prison à perpétuité et son « complice » à la peine de mort.

Voilà déjà quinze ans que Grace est incarcérée lorsqu’elle reçoit la viste du docteur Simon Jordan (Edward Holcroft)  qui souhaite étudier son cas. L’homme est fasciné par la jeune femme. Est-ce de l’amour ? De l’obsession ? L’envie de la posséder comme d’autres ont pris la liberté de le faire ? Une chose est certaine, cette histoire le perturbe on ne peut plus. Au cours de ces entretiens, Grace se livre et raconte. Mais dit-elle la vérité ?

154072.jpg-r_640_360-f_jpg-q_x-xxyxx

Jolie photographie dans cette série, une actrice à la beauté troublante et des thèmes abordés qui m’intéressent : la fracture sociale, les rapports maître servante, le droit de cuissage, la place de la femme pauvre au XIXème, les abus physiques et sexuels au sein de la famille, l’avortement, les services correctionnels pointés du doigt, les travaux scientifiques faits sur les femmes incarcérées et les méthodes employées…

J’ai aimé ce portrait noir dressé par Margaret Atwood.

Publicités

9 comments on “« Alias Grace » servante captive à tort ou à raison…

  1. Sympa cette série…

    Aimé par 1 personne

  2. Je n’avais pas trop apprécié « la servante écarlate », je vais essayé Alias Grace, elle semble moins dystopique

    Aimé par 1 personne

  3. À découvrir… Merci Cat de parler de cette grande écrivaine canadienne!

    Aimé par 1 personne

  4. J’ai commencé, c’est génial !
    Décidément, Margaret Atwood a de la suite dans les idées!

    Aimé par 1 personne

  5. Cette série me tentait beaucoup, je me la note pour plus tard (merci du rappel 😉 )

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :