Jeunesse, ados les chroniques de Marie Romance

« Eleanor & Park » de Rainbow Rowell, le verdict de Marie!

Bonjour à tous ! Ce mois-ci, j’ai décidé de parler d’une lecture toute récente. Ce livre m’a été offert par Cati. Pourquoi ce choix ? J’avais envie de changement de décor, de varier mes lectures, j’ai donc opté pour un livre qui nous plonge dans les années 80. Et nous voilà parti dans une tout autre dimension…

Je vais vous présenter Eleanor & Park de Rainbow Rowell.

ob_86da8b_18197783-1514499545227947-1687631541-n

« Eleanor avait raison : elle n’était jamais jolie. Elle ressemblait à une œuvre d’art. Mais l’art n’avait rien à voir avec le beau ; il existait pour faire ressentir des choses. »

Voici le résumé du livre.

 

 

Eleanor est trop ronde, trop rousse, vraiment trop mal fringuée et quand elle s’assoit à côté de lui dans le bus scolaire, Park se dit qu’elle a tout pour être la bête noire des ados du lycée. Mais son allure le fascine, lui qui essaie de se fondre dans le décor et peu à peu, un attachement improbable s’installe entre eux. Ce sentiment survivra-t-il à l’enfer quotidien qu’Eleanor vit dès qu’elle rentre chez elle ?

« Il n’y a aucune raison de penser que l’on arrêtera de s’aimer. Et toutes les raisons de penser le contraire. »

Ce livre… est une lecture passionnante et hyper touchante. C’est un roman qui nous met à fleur de peau et nous fait traverser tout un tas d’émotions. On passe de la nostalgie à la joie, de la mélancolie à la tristesse, du plaisir à la colère en quelques pages seulement. Eleanor et Park m’ont, eux, complètement ébloui. Ils font partie de ces héros que vous ne voulez pas quitter. Et en refermant le livre, j’ai alors réalisé qu’ils allaient me manquer. Malgré tout, ce livre n’est pas la claque que j’attendais. Si l’intrigue est ultra émouvante et que l’écriture de l’auteure est juste saisissante, j’ai mis pas mal de temps à rentrer pleinement dans le récit. De plus, si, une fois vraiment conquis par l’histoire, j’ai adoré l’évolution des protagonistes et voir jusqu’où l’auteure allait les emmener, je dois bien reconnaître que la toute fin du roman m’a carrément pris au dépourvu… Dans le mauvais sens du terme. La conclusion est tellement frustrante qu’elle me dégoûte presque de ma lecture. Je garde donc un goût un peu amer concernant la fin de ce récit.

tumblr_n1v7mm1pN21qa9ipuo1_500

« Tenir la main d’Eleanor, c’était comme tenir un papillon. Ou un battement de cœur. C’était tenir une chose pleine, et pleinement vivante. »

Comme dit précédemment, j’ai eu beaucoup de mal à me plonger dans l’intrigue. La narration à la troisième personne pour les deux points de vue ne m’a pas du tout aidé d’ailleurs. Je n’ai pas vraiment saisi pourquoi Rainbow Rowell avait opté pour ce genre de point de vue. Je pense que si le roman avait été écrit à la première personne, on aurait pu plus facilement s’initier dans leur bulle, et les comprendre. Au fil des premiers chapitres, on découvre Eleanor et Park, leurs personnalités, leurs modes de vie, leurs entourages familiaux, leurs façons d’appréhender l’existence. Eleanor et Park sont loin, très loin, d’être des héros normaux. Ils sont décalés, étranges, spéciaux, bizarres. Mais c’est le genre de protagonistes que j’aimerais rencontrer à chacune de mes lectures parce qu’ils sont adorables et touchants, c’est juste prodigieux. Il y a quelque chose chez eux d’irrémédiablement humain et captivant, de fragile et imparfait, d’émouvant et renversant. Une fois qu’on s’attache à eux, on n’a plus aucune envie de les quitter.

chronique-eleanor-park-de-rainbow-rowell-24506062

f5e53f4e6294951fe8ed89cbd997a5d6--eleanor-and-park-fan-art-eleanor-and-park-quotes

« Le visage de Park tenait de l’œuvre d’art. Et pas du genre étrange ou moche. Park avait un de ces visages dont on fait le portrait pour que l’histoire s’en souvienne. »

Si Park et Eleanor nous paraissent aussi profonds et réels, c’est grâce à la plume de l’auteure. Le cadre familial est juste décrit à la perfection. Je n’ai pas peiné une seule seconde à me représenter les personnages et leurs habitudes, leurs attentes, leurs relations avec leurs parents, leurs frères ou leurs sœurs, leurs désirs, leurs souvenirs. J’aime quand tout est fluide à ce point et que ça paraît aussi naturel. On sent bien que l’auteure a voulu leur conférer un côté hyper réaliste, hyper clair, hyper précis.

« Si on ne pouvait même pas se sauver soi-même, est-ce qu’on valait la peine d’être sauvé ? »

Cependant, je me dois de reconnaître une chose : si j’ai adoré ce livre, j’ai eu un énorme souci avec leur romance. Alors oui, Eleanor et Park sont exclus de leur société. Oui, ils sont bizarres et spéciaux et étranges et mis de côté et victimes de moqueries. Et oui, c’est affreux. Mais est-ce une bonne raison pour s’attacher aussi rapidement à la seule personne qui semble leur correspondre ? Je veux dire, évidemment que c’est une bonne raison. C’est même une excellente raison, mais c’est trop vite et trop d’un coup. Je n’ai pas cru une seule seconde à leur amour instantané. Aucun sentiment n’était présent à un moment et celui d’après, l’autre personne représente le monde entier. J’ai trouvé que les choses étaient bien trop précipitées, bien trop simples, bien trop irréalisables.

2560-eleanor-and-park-rainbow-rowell-wallpaper

« Tu peux être Han Solo si tu veux, dit-il en l’embrassant dans le cou. Moi je serai Boba Fett. Je traverserai l’univers pour toi. »

Une fois ce défaut oublié et leur relation complètement mise en place, Eleanor et Park, qui étaient déjà magnifiques, deviennent inoubliables. Leur histoire d’amour m’a coupé le souffle et m’a donné envie de pleurer. L’histoire d’Eleanor, que nous découvrons au fil des pages et qui m’a ému aux larmes, ne fait que rendre son attachement pour Park encore plus légitime et poignant. C’est puissant. C’est épatant. C’est incroyable.

« Il comprenait pourquoi Eleanor se donnait autant de mal pour avoir l’air différente. En quelque sorte. Peut-être parce qu’elle était différente, et qu’elle n’avait pas peur de l’être. (Ou peut-être qu’elle avait encore plus peur d’être comme tout le monde.) »

Même si, à partir du moment où je suis enfin rentré dans l’histoire et où j’ai oublié mon problème concernant la rapidité avec laquelle se met en place les sentiments entre Eleanor et Park, tout était juste parfait et sensationnel, j’ai vite déchanté en découvrant les ultimes pages du roman. Et quand je dis les ultimes, c’est quelque chose comme les vingt dernières pages. En effet, plus je me rapprochais de la fin du roman, plus tout devenait épatant et formidable. J’ai été pris aux tripes et complètement dévastée. Tout était sincèrement maîtrisé à la perfection. Les émotions devenaient encore plus brutes, plus intenses, plus fortes. Sauf que l’auteure a alors décidé d’emprunter la pire des voies possibles. Alors que nous avons droit à des révélations fracassantes, Rainbow Rowell en profite pour nous délivrer une conclusion très ouverte et totalement incompréhensible. Cette fin est ultra frustrante et ultra rageante. Je ne comprends pas. Je ne comprends absolument pas. Qu’est-ce qui a pu passer par la tête de l’auteure pour nous écrire ça, en vrai ? Je suis tellement déçue par cette fin que j’en hurlerais, là, tout de suite. Je suis tellement désolé pour Park, tellement désolé pour Eleanor. Ils ne méritaient pas une telle conclusion.

« Le désespoir n’était rien pour Eleanor ; c’était l’espoir qui lui tiraillait le cœur avec ses sales petits doigts. »

Je vous le recommande même malgré mon avis mitigé et l’horrible fin qu’il possède. Ne pas rencontrer Eleanor et Park serait extrêmement regrettable, je vous le promets. Ils sont tellement parfaits et adorables, c’est fou… Tout comme leur histoire, en fait. Laissez-vous tenter, vous ne serez pas déçus.

« Parce que Park était le soleil, et c’était la seule manière dont Eleanor arrivait à l’expliquer. »

On se retrouve le mois prochain !

Publicités

3 comments on “« Eleanor & Park » de Rainbow Rowell, le verdict de Marie!

  1. Et oui, il y a parfois des fins désopilantes! C’est dommage mais c’est parfois le cas. Ton retour est intéressant, l’émotion au rendez-vous, nous l’avons sentie passer en te lisant. La différence, le harcèlement voilà un sujet sensible et toujours d’actualité, les choses ne changent pas… Belle chronique Marie! Vraiment…

    Aimé par 1 personne

  2. Ma fille l’a adoré mais comme toi, elle a été déçue par la fin. Moi ce qui m’interpelle, c’est comme tu le soulignes : l’attachement trop rapide… parce que malheureusement quand des gamins sont exclus, parfois ils tombent sur de mauvaises personnes… ce serait bien qu’au travers de leurs lectures, les ados soient mis en garde…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :