FILMS, COURTS METRAGES

Retour sur « Marguerite » de Xavier Giannoli

Je voulais voir le film à sa sortie, je ne l’ai pas fait, alors samedi, lorsque je l’ai vu apparaître dans les nouveautés proposées par Netflix, j’ai foncé…

« Marguerite » film en costumes de Xavier Giannoli avec l’excellente Catherine Frot qui campe le personnage de Florence Foster Jenkins, une femme fortunée, passionnée d’opéra et de chant. Le chant, elle le pratique lors de réunions qu’elle organise et où elle se produit. Le problème c’est qu’elle chante terriblement faux et cela, elle ne le sait pas. Au hasard de rencontres, elle va entreprendre de se produire dans un théâtre au grand dam de Georges, son époux.

Xavier Giannoli fait le choix de transposer l’histoire dans la France des années 20 et Florence devient Marguerite. Choix pertinent et réussi car, dans les années folles nous y sommes! Marguerite, personnage délirant et tellement attachant que défend avec maestria Catherine Frot. Marguerite sincère dans ce qu’elle fait, la musique, c’est sa vie, son échappatoire, elle chante avant tout pour son époux, elle chante pour qu’il la regarde, lui qui s’est éloigné d’elle… Le drame dans cette merveilleuse histoire, c’est qu’elle n’a jamais entendu sa voix. Autour d’elle tout le monde se tait, on la laisse délirer pour ne pas la blesser ou pour ne pas la tuer.

Un beau et bon film où rien n’est laissé au hasard , la photo, la lumière, les décors, les costumes. Si Catherine Frot crève l’écran, et interprète ici peut-être son plus beau rôle, les seconds rôles ne déméritent pas. Un époux inquiet et lassé (André Marcon) effrayé par la voix de sa femme et par sa folie, un professeur de chant et chanteur haut en couleurs et sur le déclin, campé par l’excellent Michel Fau,  le chauffeur-photographe (Denis Mpunga), et son oeil inquiétant posé sur sa muse de patronne qu’il croque à chaque instant jusqu’à la fin dans son meilleur rôle.

Et puis l’opéra et ses grands airs, Bellini, Vivaldi, Purcell, Bach, Poulenc, Mozart , Honegger, du jazz, de la musique indienne et puis les cris du paon de Marguerite qui résonne dans le parc… C’est beau!

Publicités

0 comments on “Retour sur « Marguerite » de Xavier Giannoli

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :